Nouveau monde. La photo de vacances partagée ou imprimée

écouter (3min)

La "tech" au service des vacances qui se terminent. Qui dit vacances, dit photos, beaucoup de photos dans son smartphone. Il serait dommage de ne pas les valoriser.

Article rédigé par
Radio France
Publié
Temps de lecture : 1 min.
Le plaisir de faire partager ses photos de vacances à ses proches, grâce au numérique. (ANTOINE ARRAOU / MAXPPP)

Restons d’abord dans le tout numérique mobile. Rien de plus simple que de créer un album photo partagé sur son smartphone : vous y transférez les photos que vous voulez rendre accessible à vos amis, à vos enfants ou à vos parents. Et grâce au cloud, ces photos apparaissent dans leur téléphone comme s’ils les avaient prises eux-mêmes.

Et si vos photos se transformaient en carte postale ? C'est possible par la magie d’une appli mobile, comme Fizzer ou Popcarte. Dans les deux cas, le principe est le même : on sélectionne sa ou ses photos, on choisit un design, on ajoute un petit mot personnalisé, on précise le nom et l’adresse du destinataire et en 24 heures, votre photo numérique cest imprimée, transformée en carte postale cartonnée et timbrée. Elle est même postée, pour un coût allant de 1 euro 67 à 2 euro 79 par carte.

Un livre papier, pour la vie

Vous pouvez aussi vous faire plaisir à vous-même, avec un album photo, un ou plusieurs posters, des magnets pour votre frigo... les idées d’objets personnalisables ne manquent pas. Les applis dédiées non plus. Popsa, Cewe, Cheerz, PhotoBox ou Vistaprint.

Prenons la création d’un livre photo. On choisit ses photos qu’on va envoyer au fabricant par Internet. On choisit le format du futur livre, le type de couverture, souple ou rigide, la finition en mat ou brillant. Et on peut alterner, pour chaque page, avec une ou plusieurs images. Attention au prix, proportionnel à l’épaisseur du livre. Comptez une centaine d’euros pour un grand format avec 35 à 40 pages. Mais c'est un souvenir qui restera dans votre bibliothèque pour la vie.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.