Nouveau monde, France info

Le boom des smartphones low cost

Plus besoin de dépenser des fortunes pour acquérir un smartphone. Aujourd'hui, des produits chinois à bas prix viennent concurrencer les vedettes du secteur.

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !
(©)

Plus besoin de dépenser 500 à 700 euros pour un smartphone.
En ce printemps 2013, on trouve désormais des téléphones multifonctions à moins
de 200 euros. Une vraie tendance qui est en train de bouleverser le marché de la
téléphonie mobile.

Prenons, par exemple, le Cink Peax de la marque Wiko. Moins
médiatique que les vedettes du secteur, cet appareil fabriqué en Chine mais
importé par une société marseillaise, fait un tabac sur les sites de vente en
ligne à environ 170 euros. Pour ce prix, on se retrouve avec un honnête
smartphone sous Android au design rappelant un peu le prestigieux Galaxy S3 de
Samsung et plutôt bien équipé avec même un double emplacement pour cartes SIM
permettant d'utiliser deux lignes de téléphones dans le même appareil.

Autre exemple : le smarpthone Ascend Y300 d'un autre chinois,
Huawei. Celui-là est encore moins cher autour de 120 euros sans abonnement.

Certes, on n'est pas loin du bas de gamme. N'empêche : ces
produits sont de vrais smartphones pour les consommateurs recherchant un
appareil dans les standards du moment sans viser le top de la technologie. A ce
prix, en effet, pas de 4G ni de NFC. Ce ne sont donc pas des appareils promis à
une grande longévité. Déception aussi côté service après-vente, si l'on en croit
les commentaires des consommateurs sur Internet. On est loin des échanges
d'appareils rubis sur l'ongle comme cela se pratique souvent chez certaines
marques comme Apple.

Quoi qu'il en soit, ces nouveaux smartphones chinois à bas
prix suscitent de plus en plus d'intérêt de la part des consommateurs, ce qui
semble logique en temps de crise.

Le prix d'un smartphone classique est plutôt de l'ordre 500,
600 ou même jusqu'à  800 ou 900 euros du côté de l'iPhone. Jusqu'à présent le
système des subventions accordées par les opérateurs en échange d'abonnements
longue-durée avait tendance à masquer ces tarifs exorbitants. Aujourd'hui, avec
la baisse des prix des forfaits, l'équation devient plus complexe. Récemment,
Stéphane Richard, PDG d'Orange, déplorait le prix de vente, selon lui trop élevé
des smartphone haut de gamme alors que le coût réel, par exemple, d'un iPhone
avoisinerait en fait les 200 euros.

(©)