Comment démarrer sur Mastodon, l’alternative à Twitter ?

écouter (3min)

Depuis le rachat de Twitter par Elon Musk, plus de 230.000 personnes – selon Mastodon – auraient déjà rejoint cet autre réseau social. Sur le papier, Mastodon semble proche de Twitter, mais mettre les mains dedans révèle que ça n’est pas aussi simple.

Article rédigé par
Benjamin Vincent - franceinfo
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min.
L'interface de mastodon sur le serveur mastodon.social administré par le fondateur du réseau, Eugen Rochko. (EUGEN ROCHKO | MASTODON)

D’un côté, l’oiseau bleu de Twitter ; de l’autre, Mastodon et son icône en forme… d’éléphant. L’image est assez bien choisie, tant ce réseau, pourtant 400 fois plus petit que Twitter, porte bien son nom.

Dès le lancement de l’appli disponible gratuitement pour iOS et Android, on se retrouve face à un écran qui demande de choisir un serveur. Et leur nombre connaît, en ce moment, une progression importante : 3.300 au début de la semaine et, au dernier comptage disponible sur le site officiel de Mastodon, 5.200.

Un serveur avec tout le réseau à portée

Ces serveurs s’appellent “h4.io“, “puntarella.party“ ou encore “c.im“ : autant vous dire qu’on a déjà “perdu“ au moins la moitié des candidats et des bonnes volontés. Et pourtant, cela n’a pas tant d’importance puisque, quel que soit le serveur que vous choisirez, vous aurez accès à la totalité du réseau Mastodon.

Alors, pourquoi tous ces serveurs ? L’enjeu, pour Mastodon, c’est un fonctionnement décentralisé – en clair, personne ne peut l’arrêter – et des frais réduits au minimum. Pas besoin de revenus publicitaires. Le réseau Mastodon vit uniquement des dons et des sponsors.

Après avoir choisi un serveur, vient maintenant le choix d’un identifiant. Là aussi, c’est moins simple que Twitter. Sur Mastodon, l’identifiant ressemble davantage à une adresse mail avec la particularité que cet identifiant Mastodon comporte deux arobases : une au début et une au milieu.

Dans mon cas, c’est @benjamin@pod.social ou plutôt c’était… parce que “pod.social“, le serveur que j’avais choisi au départ, il y a des mois, quand j’ai découvert et essayé Mastodon, est aujourd’hui introuvable : j’ai donc dû créer un nouvel identifiant. Sur Twitter, j’utilise le même identifiant depuis 2009, et donc, ce défaut de continuité est un mauvais point pour Mastodon.

500 caractères au lieu de 280 sur Twitter

À l’usage, il existe d’autres différences avec Twitter. Sur Mastodon, les messages peuvent être presque deux fois plus longs : jusqu’à 500 caractères sur Mastodon, au lieu de 280. Comme sur Twitter, on suit des comptes. Mais encore faut-il que vos amis ou que vos sources soient sur Mastodon : c’est loin d’être certain. Les sites Fedifinder et Twitodon peuvent vous aider à les trouver rapidement.

Reste la question de la sécurité. Pas extraordinaire. Comme sur Twitter, les messages ne sont pas chiffrés de bout en bout sur Mastodon. Et surtout, les gérants de chaque serveur – et donc potentiellement de celui par lequel vous passez – peuvent accéder à vos messages privés. Dans son article, Fabien Jannic-Cherbonnel vous conseille d’éviter tout serveur Mastodon géré par un collègue ou un proche… et il a bien raison !

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.