Noblesse oblige, France info

La gifle du "Banana Café" qui empoisonne l'ex-première dame

"Noblesse oblige", le rendez-vous people du dimanche matin nous emmène à Monaco pour la grossesse de Charlène, à Châteauroux avec le récit autobiographique de son enfant terrible, Depardieu, et au cœur d'une rumeur sur Valérie Trierweiler...

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !
(© Maxppp)

Rien de plus officiel. Le Palais a confirmé au 7e mois de grossesse, mais sans préciser : un garçon, une fille ou deux garçons.

Le père de Charlène, son ancien entraîneur dans les bassins, a tout simplement téléphoné à un vieil ami, journaliste. Pour lui dire : ma fille est enceinte de jumeaux. Normalement, il y aurait eu de la vaisselle cassée au Palais, des fonctionnaires limogés, des démentis en cascade. Rien de tout ça. Le calme olympien de la Méditerranée en guise de réplique.

"Never complain, never explain". Ne jamais se plaindre, ne jamais expliquer. Pas un mot. Charlène aura tenu sa langue jusqu’au bout, c’était jeudi, s’appliquant la devise de la reine Elizabeth II. Déjà l’étoffe d’une grande sur le Rocher, qui comptera deux héritiers Grimaldi en décembre. Pour perpétuer une dynastie de 700 ans.

Pas encore, mais à lire le récit autobiographique de l’enfant terrible de Châteauroux, "Ca s’est fait comme ça" , on comprend mieux la folie d’enfance de Gérard Depardieu, lui qui ne "devait pas naître ".

Je vous avais raconté la soirée brésilienne pour la 1ère année de mariage de Jean-Luc Romero, adjoint du maire de Paris, avec Christophe.

Une noce de coton qui vire désormais au poker menteur, si l’on en croit les anciennes copines de Valérie Trierweiler, parmi lesquelles l’ex-femme de Michel Sapin, une autre Valérie. Une gifle est-elle partie toute seule, à propos du livre-charge contre François Hollande ?

Difficile de tout voir dans la pénombre. Ce qui est sûr, c’est que l’onde de choc "Merci pour ce moment" n’est pas retombée.

Joint par France Info, Jean-Luc Romero dénonce une rumeur de plus contre son amie et ex-Première dame, préférant retenir sa vision idyllique d’une "soirée joyeuse et bon enfant pour anniversaire ".

Dommage pour le casting : Valérie contre Valérie, la guerre des ex, ça avait de la gueule !

(© Maxppp)