Modes de vie, France info

Les métiers de la course au large

Le départ du Vendée Globe sera donné samedi 10 novembre. L'occasion de se pencher sur des métiers qui font rêver, les métiers de la course au large, avec Sandrine Chesnel, de la rédaction de l'Etudiant.

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !
(©)

Le métier qui fait le plus rêver dans ce secteur, c'est
celui de skipper. Un métier difficile d'accès et qui regroupe deux métiers :

Le skipper qui fait du convoyage de bateau, qui loue ses
services pour promener des clients sur leur propre bateau d'un port à l'autre,
celui-ci doit avoir un brevet, pour avoir le droit de convoyer des bateaux et
transporter des passagers.

Les skippers qui font de la course au large, les Franck Cammas, Loïck Peyron, ou
pour citer les coureurs du Vendée Globe, François Gabbart, Armel Le Cleach,
Samantha Davies, des navigateurs et des navigatrices qui traversent les océans
et qui vivent de leur passion – ceux-là sont beaucoup moins nombreux.

Il n'y a pas de diplôme de skipper de course
au large, mais en revanche il y a quand même des parcours types qui se
dessinent, notamment chez les plus jeunes.

Sur ce sujet, le navigateur Kito de Pavant, qui est engagé
sur le Vendée Globe, dit qu'avant, pour
devenir skipper professionnel, il fallait du bagout et que maintenant, il faut
du bagage.

Les plus anciens des skippers se sont
surtout formés sur le tas, ils ont décroché leur premier embarquement en
trainant sur les quais, en apprenant exclusivement des plus anciens.

Les plus jeunes skippers sont beaucoup plus diplômés

François Gabart, 29 ans
et qui va courir pour la 1ère fois le Vendée Globe, est diplômé
de l'INSA Lyon. Il a un diplôme d'ingénieur en génie mécanique, qu'il a
complété par une formation à l'entreprenariat. Il y a aussi Franck Cammas qui a
décroché la Volvo Ocean Race cet été, et qui a lui aussi un diplôme d'ingénieur.

Etre diplômé
d'une école d'ingénieur n'est pas obligatoire pour devenir skipper de course au large, mais cela aide. Depuis plusieurs années déjà les bateaux
sont de plus en plus techniques, de plus en plus complexes, avec des gros budgets
et la nécessité pour les skippers de manager des équipes de plusieurs personnes
très qualifiées – et pour toutes ces raisons, les profils de pur autodidacte ont
de moins en moins de place.

La filière sport/étude est très intéressante, tout
comme les écoles qui permettent des aménagements de parcours pour que leurs
étudiants/régateurs puissent concilier les études et la compétition.

Donc le
futur navigateur commence par faire ses classes sur des petits bateaux, des dériveurs,
et puis si il a des résultats, si il gagne des courses, il lui faut aller se perfectionner dans des
écoles de courses au large.

La plus connue c'est en Bretagne, le Pôle Finistère de Port
La Forêt
, huit des concurrents du Vendée Globe sont passés par Port La Forêt.

Il y a aussi un petit nouveau, c'est le Centre
d'entraînement méditerranéen de la Grande Motte
, donc là tout au sud, qui a le
mérite de prendre des profils un peu plus jeunes et éventuellement sans budget,
c'est-à-dire sans sponsor.

Les sponsor

L'argent dans ce domaine est le nerf de la guerre. Et là
pas de miracle, pour décrocher un budget il faut du résultat, du résultat, du résultat,
qui permettent de décrocher un premier budget par exemple pour la course du
Figaro,
qui est considéré comme un marche pied vers les grandes courses, et
puis si on décroche une belle place, on peut ensuite décrocher un budget pour
un plus gros bateau.
Mais il ne faut pas perdre de vue que le skipper n'est pas propriétaire de son
bateau : ça veut dire que d'une saison sur l'autre, il est peut être
remplacé par un autre skipper.

C'est un petit milieu que celui de la course au large, il
est quand même possible de rapidement se faire connaître, il y a toujours quelqu'un
qui connait quelqu'un, qui a besoin d'un équipier spécialisé dans tel ou tel
domaine

Donc trainer ses guêtres sur les pontons, c'est un peu
incontournable pour resauter et se faire connaître, MAIS il faut avoir quelque
chose à vendre, comme je le disais tout à l'heure. Si je reprends l'exemple de
Groupe Bel, l'un des plus jeunes membres de l'équipe de Kito l'année dernière
était le spécialiste des composites stratifiés : c'est quelque qu'un qui avait
préparé un diplôme de stratifieur après son bac à l'institut nautique de
Bretagne, et qui a fait tout bêtement un 1er stage sur le bateau de Roland
Jourdain, ça s'est bien passé et ensuite il a fait un autre stage, et puis un
jour il a rencontré Kito de Pavant, le courant est passé et il s'est retrouvé dans
l'équipe de Groupe Bel pour préparer le bateau pour la transat Jacques Vabre l'année
dernière.

Une équipe de course au
large c'est beaucoup de métiers très différents.

Si on prend l'exemple de Groupe Bel, qui est le bateau de
Kito de Pavant, ce bateau de 18 mètres a donc un skipper, Kito, mais derrière
Kito, il y a une demi douzaine de professionnels : un directeur technique,
un directeur sportif, un boat captain, qui est un peu la nounou du bateau,
celui qui s'occupe de l'avitaillement avant le départ, il y a un spécialiste
des composites, un mateloteur, qui prépare les bouts, les cordages, il y a même
un responsable informatique qui s'occupe de tout l'équipement embarqué, et tout
ces gens-là sont des marins.

Lecture :

La biographie de Kito de Pavant, qui vient de
sortir, Le plus grand navigateur de tout l'étang . Elle se lit comme un roman d'aventures et retrace le parcours assez épatant
d'un navigateur très sympathique qui sera lui aussi au départ du Vendée Globe
samedi.

(©)