Cet article date de plus de huit ans.

Faut-il avoir peur de l'université ?

écouter
Les futurs bacheliers ont reçu les premières réponses aux demandes d'inscription qu'ils ont faites dans le supérieur. Tous n'ont pas eu la place espérée en classe prépa, en BTS ou en école d'ingénieur, et devront se diriger vers l'université. Mais la fac a encore mauvaise réputation. Pour quelles raisons ? Est-ce toujours justifié ? Réponse avec Sandrine Chesnel, de la rédaction de l'Etudiant.
Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min.
 (©)

Les filières qui comptent le plus d'étudiants

Loin devant, les lettres, les sciences humaines et sociales concentrent
 la moitié des étudiants des filières
générales. En termes d'évolution sur cinq ans l'attractivité de ces filières a
baissé de 15 %, quand elle augmentait de +20% en médecine et en dentaire et de
+11% en droit.

Les idées reçues

On ne peut pas dire que l'université ne mène à rien. Elle propose
de nombreuses filières qui mènent à l'emploi, et pas uniquement dans
l'enseignement ou la recherche.

Pour cela il faut pousser ses études jusqu'à bac +5 ou choisir
une licence professionnelle, bac +3. Il y a de nombreux débouchés pour les
diplômés de gestion, d'informatique, de droit, de ressources humaines.

La mauvaise réputation est surtout causée par les abandons en
première année, et au fait qu'à peine plus d'un tiers obtient sa licence en
trois ans.

Des erreurs d'orientation

Trop de bacheliers professionnels et technologiques
s'inscrivent à l'université alors qu'ils ont très peu de chances d'y réussir.
Non pas parce qu'ils seraient moins "doués" que les autres, mais
tout simplement parce qu'ils sont mal préparés à l'enseignement très théorique
de l'université.

Il y a donc une forme de sélection qui s'opère au fil des
mois, et des années entre les jeunes qui réussissent à s'adapter à la fac, et
les autres. Un tiers quitte sa filière après un ou deux ans d'études et un
tiers seulement décroche sa licence en trois ans.

Un enseignement trop théorique

Les formations universitaires sont les plus conceptuelles de
l'enseignement supérieur. Leur objectif est d'amener les étudiants à
prendre du recul, à développer leur esprit critique et leur culture générale.

Mais l'université propose aussi des licences et des masters
professionnels dont l'objectif est l'insertion professionnelle directe, avec beaucoup
d'enseignements pratiques, des stages.

Mieux certains de ces diplômes peuvent même se préparer en
alternance, en contrat d'apprentissage ou de professionnalisation – difficile
de faire mieux en matière de contact avec la réalité du monde de
l'entreprise !

Les trucs et astuces

Trois conseils, qui ne sont pas forcément très originaux
mais qu'il est utile de rappeler :

Pour réussir à la fac, il faut travailler ! Travailler, ça veut dire quoi : être assidu aux cours,
à tous les cours, lire les livres conseillés par les profs, les mettre en
fiche, et se dire qu'une heure de cours c'est 2 à 3 heures de travail personnel
à la maison. Savoir s'entourer : travailler à plusieurs, préparer les TD
et les partiels avec deux ou trois camarades motivés, c'est une très bonne
méthode, qui a fait ses preuves. Rester motivé : et pour ça, la meilleure méthode est
d'avoir toujours en ligne de mire la construction de son projet professionnel.
Faire des stages, rencontrer des professionnels, s'ouvrir au monde du travail.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.