Micro européen, France info

Micro européen. Au Portugal, les européennes, un test pour les législatives d'octobre

La douceur du Tage n'est pas synonyme de nonchalance électorale.

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !
Le drapeau portugais dans le ciel de Lisbonne.
Le drapeau portugais dans le ciel de Lisbonne. (GETTY IMAGES)

Lors des dernières élections européennes, le taux d’abstention au Portugal avait battu des records, soit 66 %. Les prochaines élections européennes sont très attendues, une forme de test pour le Parti Socialiste au pouvoir qui gouverne avec l’extrême gauche. Car dès le 6 octobre prochain, les Portugais seront appelés aux urnes pour les élections législatives. La grande répétition sera donc le 26 mai. Cependant, et par exemple, les jeunes adultes portugais ne se sentent pas une âme d’électeurs, seuls 3% d’entre eux sont concernés par ce scrutin. Il s’agit là d’un des pourcentages les plus faibles de l’Union européenne.

Une embellie économique

 Le Premier Ministre portugais Antonio Costa a bénéficié d’une belle amélioration économique qui lui a de mettre fin à la politique d’austérité du précédent gouvernement de droite et ce depuis 2015. A cette date, l’arrivée au pouvoir des socialistes se combinait avec l'alliance de l’extrême gauche. Et malgré des finances publique assainies, le Portugal vit depuis six mois des grèves à répétition au sein de la fonction publique, tandis que le Parlement a évité de peu la démission du gouvernement face à une opposition prenant fait et cause pour le monde enseignant dont la hausse des salaires et les promotions ont été gelées durant les années de récession. Mais si Antonio Costa est resté à flot, son opposition est marquée par le monde enseignant se disant très déçu du premier ministre socialiste portugais et compte bien le faire savoir le 26 mai prochain par le biais des urnes, bien que la commission parlementaire de l’Education a approuvé le rattrapage des salaires gelés des professeurs durant les années de crise.

Le PS e tête des sondages

Même si le PS portugais se verrait crédité de neuf à 10 députés européens sur les 21 sièges dévolus au Portugal, les Sociaux-Démocrates seraient quant à eux crédités de 7 à 8 sièges, le reste étant réparti dans les petites formations. Le programme du PS portugais est essentiellement économique, entre autre l'adoption d’un “plan d’investissement pour l’Europe” qui devrait stimuler la croissance; la mise en place d’un nouveau contrat social européen; la valorisation de politiques de cohésion et de politique agricole commune prenant aussi en compte la situation spécifique des régions ultrapériphériques, car comme la France, le Portugal a aussi des territoires ultra-marins. Enfin, parmi les propositions du PS portugais pour les élections européennes, on note aussi la lutte contre le travail précaire, une politique européenne du logement ou encore la garantie légale d’un contrat de travail pour tous.

Un taux d'abstention très redouté

L’attente est encore longue avant le 26 mai bien que le compte-tour ait été déclenché, mais les électeurs portugais sont toujours les maîtres du jeu. Si le taux d’abstention devient anxiogène, le gouvernement socialiste portugais se tient sur ses gardes face à une opposition très composite comme nous l’a décrite notre consoeur Ana Navarro-Pedro.

En revanche, le Portugal se distingue d’un certain nombre d’Etats membres pour le scrutin européen, car les populistes portugais s'ils existent n’ont pas obtenu la surface politique nécessaire à se faire connaître telles d’autres formations d’Etats membres, de l’Espagne aux pays d’Europe centrale, sans oublier le Royaume Uni ou encore les Etats membres fondateurs. Quant aux nombreux retraités communautaires s’étant retirés en Lusitanie à la faveur d’une météorologie agréable et d’une fiscalité plus que confortable, nul ne sait s'ils se déplaceront pour voter, et s'ils pèseraient d’un quelque poids à cette législature.

Le drapeau portugais dans le ciel de Lisbonne.
Le drapeau portugais dans le ciel de Lisbonne. (GETTY IMAGES)