"Dessous les roses" d'Olivier Adam

écouter (2min)

Un roman intime en huis-clos autour du deuil et d'une fratrie à nouveau réunie.

Article rédigé par
Cécile Ribault Caillol - franceinfo
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min.
L'écrivain Olivier Adam vient de publier "Dessous les roses" chez Flammarion. Ici le 11 septembre 2022 au salon littéraire, Le livre sur la place, à Nancy.  (ALEXANDRE MARCHI / MAXPPP)

Dessous les roses d'Olivier Adam, éditions Flammarion.

Le titre vient de la chanson "Nantes" de Barbara, et dans ce roman construit comme une pièce de théâtre, il est aussi question de deuil. L’auteur nous invite à être les spectateurs-lecteurs d’un huis-clos dans une maison d’enfance : trois actes, trois jours, trois frères et sœur.

C’est la veille des obsèques du père, et on fait connaissance avec cette famille malmenée par le frère aîné. Cinéaste et dramaturge, il réécrit sans cesse dans ses œuvres l’histoire de sa jeunesse. Et tout cela, Antoine, le petit dernier, ne le supporte pas : comment son frère peut-il les trahir ainsi, et rendre publique leur intimité familiale falsifiée ? Mais chaque enfant n’a pas vécu la même histoire avec ses parents, et l’exprime tout à tour différemment.

Le décès du père va provoquer ce qu’Olivier Adam appelle une "très grande cyclothymie des sentiments", et finalement être une sorte de révélateur pour chacun dans sa propre vie. Tout au long de la lecture on retrouve les thèmes qui sont chers à Olivier Adam. Notamment tout ce qui touche à l’intime, la famille restant le sujet dominant, avec une réflexion sur sa place dans la fratrie, le rôle que chacun y tient, ou est attendu d’y tenir.

Comme le dit l’un des personnages, "Je suppose que c'est comme ça dans toutes les familles. Que les rôles sont distribués une fois pour toutes". Si la situation vécue est à fleur de peau, les éclats de rire mêlés au chagrin ne sont jamais très loin. Surtout on ressent, malgré toutes les rancœurs, les maladresses, les incompréhensions et les non-dits, énormément d’amour et de tendresse, et c’est ça qui se dégage le plus dans ce roman.  

Et puis, comme bien souvent chez Olivier Adam, il y a aussi dans cette histoire une part autobiographique. Comme Antoine, il aime Pialat et Dominique A. Certes il y a de lui, oui, mais ce n’est quand même pas lui... À vous maintenant de découvrir qui est ce frère artiste, et quelle surprise il vous réserve à la lecture de Dessous les roses. 

À noter, Olivier Adam sera présent à La fête du livre de Saint-Etienne du 14 au 16 octobre prochain.    

Pour les plus jeunes

Et comme toujours, retrouvez plein d'autres idées de lectures sur le site de kibookin avec la sélection de la semaine. Pour tous les âges et pour tous les goûts, plus d'excuses pour ne pas trouver sa pépite à lire !

Idées à lire sur KIBOOKIN (KIBOOKIN/SLPJ)

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.