Les Venise du monde, France info

Les Venise du monde. Venice à Los Angeles

Chaque dimanche, Ingrid Pohu vous propose de partir à la découverte des Venise du monde. Il s’agit des plus belles villes d’eau qui possèdent toutes une histoire et un charme particuliers.

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !
Venice-Los Angeles.
Venice-Los Angeles. (RADIO FRANCE)

Pour ce premier rendez-vous, on vous emmène aux États-Unis, au sud de la Californie dans le quartier de Venice, à Los Angeles. La "Venise d’Amérique", c’est le surnom de ce paradis bohême situé dans l’Ouest de Los Angeles.

Tout commence à la fin du XIXe siècle quand un riche homme d’affaires américain, Abbott Kinney, tombe fou amoureux de Venise en Italie. A son retour, il s’en inspire et fait construire en 1905 au sud de Santa Monica, aux abords de l'océan Pacifique, une petite ville autour d’une vingtaine de canaux. Il importe même des gondoles. Et attire ainsi artistes, auteurs et penseurs de l’époque.

Grande comme un quartier de Paris, Venice est annexée à Los Angeles en 1925

"Je comparerais plus la ville à Amsterdam pour ce qui concerne la partie canaux, confie le français Arnaud Elnecave, qui vit à Los Angeles depuis quatre ans. Tout autour il y a des maisons assez sympas. Ça fait un petit quartier très bucolique, ces canaux sont traversés par des ponts en bois blanc assez typiques que l’on peut voir dans plusieurs films".

Aujourd’hui, seuls six canaux ont été conservés, ils font partie d'un quartier résidentiel très huppé que l’on peut traverser à pied. Ici vivent des stars dont Julia Roberts et Nicolas Cage.

Venice est aussi connue pour sa street culture

"C’est très éclectique. Venice a connu plusieurs époques, détaille Arnaud Elnecave. Dans les années 70 le quartier était connu comme LE quartier du skateboard. Après, il y a une époque un peu bizarre, un peu noire, c’est le Venice de la drogue qui était alors un peu la plaque tournante de Los Angeles"...

Mais depuis 10 ans Venice change de visage. Le magazine GQ l’a même sacré "quartier le plus cool d’Amérique". "C’est un quartier qui est en train de se réinventer, remarque Arnaud Elnecave. C’est un quartier qui monte, qui est branché. Il y a des activités underground au niveau culturel. Il y a des nouvelles sociétés technologiques qui s’y ouvrent qui viennent changer la vie et l’aspect du coin". Résultat, les vieux clubs de gym où Arnold Schwarzenegger a commencé sa carrière de bodybuilder se transforment en espaces de bureaux.

À coups de millions de dollars, Google et Snapchat rachètent des milliers de mètres carrés

Ils vont même maintenant jusqu’à appeler Venice "Silicon Beach", tout comme  la "Silicon Valley" au sud de San Francisco. Venice est effectivement en train de prendre cet esprit "Californie, nouveau développement, idées nouvelles et d'attirer de plus en plus de créativité et de gens visionnaires", souligne encore l’expatrié français.

On parle même d’une renaissance "bobo chic" de Venice qui attire les hipsters de Brooklyn à New York. Boutiques bio et vegan, galeries d’art et resto branchés fleurissent sur le très populaire boulevard Abbot Kinney et sur Rose Avenue, où flotte un parfum bohème. Le soir, des concerts sont donnés dans les fameux "speak easy", ces anciens bars souterrains de l’époque de la prohibition de l’alcool.
Un esprit très relax, très "laid-back" que l’on retrouve sur les plages. Sans quitter des yeux surfeurs et skateurs, on parcourt la promenade du bord de mer à vélo ou en rollers.

L’œil du photographe Jean-Luc Grzeskowiak

 "Ce qui est remarquable sur le côté littoral de Venice, c’est qu’il y a trois bandes de couleurs, précise Jean-Luc Grzeskowiak. Vous avez une pelouse qui est très verte, puis la bande de plage de sable blanc et enfin le ciel bleu, et là-dessus, arrivent les palmiers très hauts de Los Angeles qui tracent des lignes verticales. Donc il y a trois bandes de lignes horizontales et des lignes verticales. Cela fait comme un tableau de Mondrian en exagérant un peu, et c’est très beau."

"Ce qui m’a marqué par rapport aux canaux de Venise en Italie, note encore le photographe, c’est la végétation, c’est-à-dire qu’à un moment donné, on se sent presque plus à Giverny dans le jardin de Claude Monet qu’à Venice. Donc, on a cette végétation magnifique et ces maisons contemporaines qui forment comme des tâches de couleur en se reflétant sur les canaux."

 

Venice-Los Angeles.
Venice-Los Angeles. (RADIO FRANCE)