Les Pourquoi, France info

Pourquoi les noms des voitures Peugeot ont-ils un zéro au milieu ?

Tout le monde sait reconnaître une Peugeot rien qu'à son matricule, sans même citer la marque. Si on vous dit  XTZ 123, vous devinez que ce n'en est pas une. Si on choisit  404, 205, 605, là c'est une Peugeot ! Même la 909, un modèle qui pourtant n'existe pas encore...

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !
(©)

Rien ne prédestinait Armand Peugeot, fondateur de la marque en 1832, à placer un zéro sur la barre des dizaines de chacune de ses appellations. L'industriel n'était ni fétichiste, ni numérologue.

La 205 ou la 604 auraient pu tout aussi bien se dénommer la 25 ou la 64. D'ailleurs, ses premiers modèles s'appelaient 10, 12, ou 25 : des nombres de deux chiffres. En 1910, le photographe Jacques-Henri Lartigue se réjouissait de rouler au volant de la puissante Peugeot 22.
L'année 1928 marque un tournant dans l'histoire de la firme de Sochaux. Avec la 201 (six chevaux) exposée au Salon de Paris, Peugeot inaugure les dénominations à trois chiffres. Dans sa roue suivent la 301 de huit chevaux, la 401 de dix chevaux, et la 601 de douze chevaux. Toutes avec un zéro au milieu ; Pourquoi ?
Les responsables du style avaient placé le sigle de chaque voiture à l'avant du capot. Or, à cette époque, le démarreur électrique n'existait pas encore.   Il fallait bien mettre quelque part le trou pour la manivelle. Les ingénieurs ont alors fait d'une pierre deux coups. Le zéro serait percé !

En 1963, Porsche tenta en vain de lancer son nouveau coupé 901

La direction de Peugeot décida que ce serait là le signe distinctif de l'appellation de ses modèles. Elle déposa tous les numéros de trois chiffres comportant un zéro au milieu : de 101 à 909. Pour éviter que la concurrence n'imite l'astuce.
Précaution utile. En 1963, Porsche tenta en vain de lancer son nouveau coupé 901. Après d'âpres négociations, il fut rebaptisé 911.
Désormais, le démarreur électrique a été inventé, et les nouvelles Peugeot, plus grandes ont des dénominations avec deux zéros au milieu, comme la 1008. La tradition est sauve.
Pas de quoi non plus appesantir 107 ans.
Jusqu'à preuve du contraire...

(©)