Les Pourquoi, France info

Pourquoi le vin blanc est-il jaune?

"Ah ! Le petit vin blanc, qu'on boit sous les tonnelles, quand les filles sont belles, du côté de Nogent..." Les beaux jours reviennent, et ce gouleyant refrain appelle deux remarques. Premièrement, il n'y a pas qu'à Nogent. Deuxièmement, le vin blanc n'est pas à proprement parler "blanc".

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !
(©)

Blanc, ça veut dire blanc, donc il devrait être comme du
lait. Ou alors, s'il n'est pas opaque, blanc prend le sens de transparent. Donc
le vin serait semblable à l'eau. Or vous l'avez remarqué dans votre verre,
et je l'ai vérifié dans les livres d'histoire : depuis des siècles, on qualifie
de "blanc" un vin qui a toujours été "jaune".

Pourquoi cette erreur de perception ? Et ça dure depuis
combien de temps?

Le vin est connu des hommes depuis la plus haute antiquité.
La première trace de vin découverte remonte à 7.500 ans environ, dans ce
qui est l'Iran actuel, sans que l'on puisse dire de quelle couleur était ce vin,
rouge, blanc ou rosé. 

En revanche, on sait que le vin blanc était connu dans la
Grèce antique. En 460 avant notre ère, Hippocrate (le fameux médecin du serment
qui porte son nom) prescrivait déjà du vin blanc à ses patients. Mais tout cela
en grec ancien évidemment. 

Revenons en France et au français. L'écart entre la couleur
réelle du vin et son nom remonte à une époque plus récente. Disons au bas
moyen-âge. C'est à cette époque que le vin et le raisin ont reçu dans notre
langue leurs qualificatifs chromatiques. En ces temps linguistiquement reculés,
trois couleurs dominaient le vocabulaire de base, justement issues du système
antique : le blanc, le noir, et le rouge, à cause de leurs connotations
symboliques. 

Or, quoi de plus symbolique que le vin ? Dire qu'un vin
était "jaune" paraissait aussi saugrenu que d'affirmer que le raisin était
violet. On le voyait rouge, comme le sang. L'adjectif "jaune", lui,
caractérisait seulement la couleur des blés. Ou de l'or. En tout cas pas celle
du vin. 

Par association, un vin de couleur "pâle" ne
pouvait être que "blanc". Un vin pourpre devenait rouge. De la même
façon que l'homme blanc n'est pas blanc. Et le Pinot était noir. Comme le
vendangeur. A Nogent et ailleurs. A consommer avec modération. 

Jusqu'à preuve du contraire... 

(©)