Cet article date de plus de quatre ans.

Les Informés. Visite de Vladimir Poutine à Versailles : "Au-delà du coup, en termes d’image, ça prépare quoi ?"

écouter (27min)

Les invités des Informés ont évoqué lundi la visite de Vladimir Poutine à Versailles, le risque de pénurie du carburant et le changement de nom du TGV.

Article rédigé par
Publié
Temps de lecture : 2 min.
Emmanuel Macron et Vladimir Poutine, le 29 mai 2017 à Versailles.  (REUTERS)

Vladimir Poutine à Versailles : "Un sans-faute en termes de communication"

Le Président de la République Emmanuel Macron a reçu son homologue russe à Versailles, lundi 29 mai. Un "coup formidable" pour François d’Orcival, éditorialiste à Valeurs Actuelles : "C'était très réussi, quel que soit le contenu de leur conversation." 

"Incontestablement, en termes de communication pure et d’image, c’est un sans-faute d’Emmanuel Macron depuis le début" a appuyé Marie-Pierre de La Gontrie, secrétaire nationale du Parti socialiste. Pour elle, cette réception à Versailles contribue à installer Emmanuel Macron "en président jupitérien. Il a installé une stature de chef d'État." 

D’un point de vue politique, on peut être interrogé par le fait que cette invitation se déroule aussi peu de temps après l’élection présidentielle et soit la première.

Marie-Pierre de La Gontrie, secrétaire nationale du Parti socialiste

à franceinfo

"Versailles c’est malin, parce qu’il y a un prétexte, l’exposition, et surtout ça évite la visite d’État : ce n’est pas recevoir le président Poutine à l’Élysée." a-t-elle poursuivi, avant de s'interroger : "Au-delà du coup, en termes d’image, ça prépare quoi ?" 

Les TGV rebaptisés "InOui" : erreur d'aiguillage pour la SNCF ? 

Au contraire d'Emmanuel Macron, la SCNF a "raté sa com" pour  Marie-Pierre de La Gontrie, après avoir dévoilé le nouveau nom de ses TGV : "InOui". "Il y a eu un loupé de com, ce n'est pas possible" a-t-elle déploré. Annoncé vendredi 26 mai dans un communiqué, ce changement d'appellation a provoqué railleries et moqueries, notamment sur les réseaux sociaux. 

C'est le tarif qui est inouï !

François d'Orcival, éditorialiste

à franceinfo

Mathieu Alterman, journaliste à la revue Schnock et à Oui FM, a recentré le débat : "Le problème de la SNCF c'est qu'il y a une politique tarifaire incompréhensible. Ça va être très compliqué : InOui ne va pas couvrir que le train : ça va regrouper également des transports de bus, des marchés de location de voitures... La SNCF va chapeauter plein de choses, ça va être incompréhensible." 

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.