Cet article date de plus de quatre ans.

Les Informés. Suppression de l'immunité parlementaire : "Il y a un besoin que les politiques ne soient pas au-dessus des lois"

écouter (27min)

Les invités des "Informés de franceinfo" ont notamment débattu, jeudi soir, sur la suppression de l'immunité parlementaire et la sortie de François Bayrou du gouvernement.

Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Le successeur de Claude Bartolone sera élu mardi 27 juin par les 577 nouveaux députés lors de la séance inaugurale. (MARTIN BUREAU / AFP)

Suppression de l'immunité parlementaire

Le débat a été lancé par Thierry Soler, député de Boulogne-Billancourt (Hauts-de-Seine), jeudi 22 juin, dans la matinale de BFM-TV : l'immunité doit-elle être supprimée ? "Elle avait été instituée en 1789, au nom de la séparation des pouvoirs et ainsi permettre d'éviter les excès de pouvoir à l'encontre des représentants du peuple", a rappelé, jeudi soir dans Les Informés de franceinfo, Jannick Alimi, rédactrice en chef adjointe au service politique du Parisien. Pour les invités de l'émission, cette suppression n'aurait que peu d'impact, car le bureau de l'Assemblée nationale lève presque automatiquement cette immunité en cas de demande formulée par un juge. En revanche, elle répond à "un besoin, aujourd'hui, que les députés ne soient pas au-dessus des lois", a jugé Matthieu Aron, directeur adjoint de la rédaction de L'Obs.

Bayrou, responsable mais pas coupable ?

François Bayrou, l'éphémère ministre de la Justice lors de la première version du gouvernement d'Edouard Philippe, a évoqué une "époque des soupçons" à propos de l'affaire des assistants parlementaires européens du MoDem. Auparavant, c'était la jurisprudence Balladur qui faisait acte. Il fallait une mise en examen pour démissionner. "Effectivement si toutes accusations vaut démission, on ne s'arrête jamais. En même temps, on s'aperçoit que l'on est devant un parti qui a utilisé un système aux frontières de la légalité voire dans l'illégalité", a indiqué Matthieu Aron, directeur adjoint de la rédaction de L'Obs.

>>> Retrouver l'émission dans son intégralité

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.