Cet article date de plus de quatre ans.

"J’ai beaucoup de sympathie pour les autonomistes corses" affirme le philosophe Gaspard Koenig

écouter (27min)

Les Informés de franceinfo ont débattu mardi du statut de la Corse à l'occasion du déplacement d'Emmanuel Macron sur l'île de beauté.

Article rédigé par
Radio France
Publié
Temps de lecture : 1 min.
Le philosophe Gaspard Koenig, enseignant à Sciences Po, président-fondateur du think-tank Génération Libre sur le plateau de franceinfo, le 6 février 2018. (FRANCEINFO)

Mardi 6 février, les Informés de franceinfo étaient : Gaspard Koenig, philosophe, enseignant à Sciences Po, président-fondateur du think-tank Génération Libre ; Anthony Bellanger, journaliste, chroniqueur à France Inter ; Marion Mourgue, journaliste politique au Figaro et Christophe Alix, chef du service Futurs de Libération.

L'Extrait. Après l'hommage rendu par Emmanuel Macron au préfet Erignac assassiné il y a vingt ans à Ajaccio, les Informés ont évoqué le statut de la Corse. Le philosophe Gaspard Koenig a dit avoir "beaucoup de sympathie pour les autonomistes corses". Il dit ne pas comprendre "pourquoi un peuple qui dispose de lui-même n’aurait pas le droit de prendre son autonomie, son indépendance ou ce qu’il veut. Je ne pense pas qu’on soit sous la contrainte d’être partie d’une république." Pour le philosophe, "le vrai progrès serait que la France ne soit plus plus une république indivisible mais une démocratie multiple dont ses éléments constitutifs peuvent se retirer."

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.