Cet article date de plus de huit ans.

L'école qui rit, l'école qui fait pleurer. 6 livres pour les 3-13 ans

écouter (5min)
L'école, ça peut faire mal. Diagnostic mais aussi remèdes avec quatre livres et deux albums pour les 3-13 ans.
Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
 (©)

Et on commence avec sans conteste le plus poignant, c'est un
roman à couper le souffle signé Arthur Ténor et intitulé L'enfer au collège.
Un
texte qui semble avoir été écrit d'un souffle après que l'auteur – il l'explique
– eut regardé à la télé un reportage sur le harcèlement. Il en a tiré un texte
qui alterne point de vue du bourreau et point de vue de la victime. L'issue du
récit est si l'on peut dire heureuse, mais le témoignage d'une maman, adjoint
au livre, rappelle que le harcèlement peut laisser des traces indélébiles. C'est
à lire dès 9 ans aux Éditions Milan.

Il y a aussi des matières qui peuvent faire souffrir, au
hasard les mathématiques. Elles sont au cœur de deux romans : J'ai mal aux
maths
d'Elisabeth Brami illustré par Rémi Courgeon chez Talents Hauts, et La
planète maths
de Gisèle Bienne à l'École des loisirs. Deux belles plumes pour raconter
sans juger ni déplorer l'immense solitude de ceux qui n'ont pas la bosse des
math
s. Pas de leçon de morale ni de truc magique pour s'en sortir, mais l'idée
que les choses s'organisent mieux dans la tête quand on se sent à l'aise dans
sa vie.

Autre solution : prévenir plutôt que guérir  : Alain
Crozon publie au Seuil Jeunesse un album vertical avec rabats et pop up ;
c'est drôle, beau et pratique ; le titre 1, 2, 3 ? Il propose aux
tous petits de s'entraîner à dénombrer des animaux.  Chez Actes Sud Junior, un album cette fois
carré pour les 6 ans et plus intitulé Trop facile, la science ! Claire
Laurens et Soledad Bravi proposent une série de petites expériences amusantes
et instructives : l'eau élastique, la feuille extensive ou l'œuf aspiré.

Enfin si vous êtes du parti d'en rire , Grasset Jeunesse
réédite Huit farces pour collégiens de Pierre Gripari – certaines d'ailleurs
étant adaptées des célèbres contes de la rue Broca. Des saynètes toujours
vives, des répliques qui s'enchaînent, quelques monologues enlevés en guise de
morceaux de bravoure – pas étonnant que ces pièces soient plébiscitées par les
troupes de théâtre.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.