Cet article date de plus de neuf ans.

Une accumulation de symboles pour la visite de Barack Obama en Israël

écouter
Le président américain Barack Obama débute sa première visite en Israël depuis son arrivée au pouvoir début 2009. Il va aussi visiter les Territoires palestiniens et la Jordanie. Cette visite intervient après des périodes bien compliquées entre les Etats-Unis et Israël. Toutefois, l'heure est à l'apaisement et ce voyage, même tardif, sonne le début d'un possible rapprochement entre les deux pays.
Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
  (©)

Selon Fabienne Sintès, envoyée spéciale en Israël,
l'exclusion de Bill Clinton et Jimmy Carter, un voyage de président américain
en Israël se fait rarement lors du premier mandat et on a un peu vite oublié
que Georges W.Bush avait attendu six mois avant la fin de son dernier mandat
pour faire son premier voyage en Israël"
.

"Il y a des choses à recoller des deux côtés."

Si Barack Obama n'arrive pas avec de plan de paix, cela implique
qu'il n'y a "pas de pression entre les deux camps" . Au cours de ce
voyage, il va commencer par visiter le "dôme de fer, les batteries de
missiles anti-missiles, un matériel payé par l'aide américaine"
. Quant à
son grand discours, "il le fera au Centre de convention et pas à la Knesset,
pour parler au peuple directement"
.

Pour Frédéric Encel, Maitre de conférences à Sciences Po et
auteur du livre Atlas géopolitique d'Israël, aspects d'une
démocratie en guerre
, il n'y a pas, en effet, d'avancée spectaculaire à
attendre et il s'agit plutôt d'un voyage symbolique.

"Depuis plusieurs mois, le président américain dit
qu'il ne vient pas avec un processus de paix mais vient pour écouter."

Il ajoute que "le voyage est serti de symboles" . Pourtant,
du côté israélien, il fait remarquer qu'il y a des "attentes
symboliques"
d'autant plus qu'il ne fera pas son discours au parlement israélien
(la Knesset).

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.