Les choix de France Info, France info

Les trains de proximité préférés aux TGV

Le Premier ministre a présenté son plan d'investissements d'avenir, doté de 12 milliards d'euros sur dix ans. Il l'a promis, la moitié de ces investissements sera consacrée à la "transition écologique", mais la plupart des projets de nouvelles lignes TGV sont reportés, faute de financements suffisants. Le gouvernement veut donner la priorité aux trains de proximité.

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !
(©)

Les trains Intercités, les anciens Corails, vont être
entièrement renouvelés entre 2015 et 2025
. "La priorité, semble depuis
quelques années, être en défaveur du TGV et pour le retour des trains
classiques,
" explique Clive Lamming, historien, spécialiste des chemins
de fer. "Un TGV roulant à 300
km/h coûte beaucoup plus cher qu'un train classique
roulant à 200 km/h.
"

Le gouvernement met un coup de frein sur les lignes à grande
vitesse.
Il abandonne plusieurs projets de liaison TGV. Une seule nouvelle
ligne est prévue : entre Bordeaux et Toulouse. "Une ligne à grand vitesse
n'est rentable que si vous avez un million d'habitants à chaque extrémité de la
ligne. Beaucoup de villes de France n'ont pas le potentiel nécessaire pour
rentabiliser la ligne. Il faut environ 100.000 voyageurs par jour.
"

Clive Lamming a publié Paris au temps des gares , chez Parigramme

 

(©)