VRAI OU FAUX. Les entreprises de la fast-fashion ne créent-elles aucun emploi en France, comme l'affirme le député Antoine Vermorel-Marques ?

Le député Les Républicains Antoine Vermorel-Marques vient de déposer une propositon de loi pour lutter contre la fast-fashion. Il assure que ce secteur "ne crée aucun emploi en France". C'est vrai si l'on parle de l'ultra fast-fashion, mais faux si l'on évoque la fast-fashion.
Article rédigé par Lise Roos-Weil
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min
Le député de la 5e circonscription de la Loire, Antoine Velmorel-Marques, le 24 septembre 2023. (YVES SALVAT / MAXPPP)

Quelque 3,3 milliards de vêtements vendus en une année en France, soit plus de 48 vêtements par habitant. C'est le résulat de la fast-fashion, aussi appelée "industrie de la mode jetable". Le député Les Républicains Antoine Vermorel-Marques a déposé mardi 13 février une proposition "visant à démoder la fast fashion grâce à un système de bonus-malus". Invité de franceinfo, l'élu a donné un argument massu : la fast fashion, "ce sont des entreprises qui ne créent aucun emploi sur le sol européen et français". Vrai ou faux ?

@antoinevermorel42 🛑 Les vêtements à 2€ qui arrivent en avion, contiennent des substances nocives pour la santé et finissent sur les plages en Afrique, c’est non ! Je dépose à l'Assemblée nationale une proposition de loi pour instaurer un bonus-malus afin de pénaliser les marques et pour encourager les démarches plus vertueuses ♻️ #shein#sheinhaul#ecologie#fastfashion#stopshein#pourtoi#fyp @lookbookaly @menezangel_ @loufitlove @lila_drila @cilia.ghass @tifanywallemacq @veronika_cln @lia__toutcourt @iamm_mae.e@IAMM_MAE.E ♬ son original - antoinevermorel

Vrai pour l'ultra fast-fashion, faux pour la fast-fashion

Tout dépend de quoi on parle. C'est vrai pour l'ultra fast-fashion, et ses marques comme Shein ou Temu. C'est faux pour la fast-fashion, et ses centaines de magasins en France.

L'enseignement Shein, qui n'a aucune boutique permanente en France, a créé très peu d'emplois sur le territoire. On a bien trouvé une annonce, en ligne, pour un poste de chef de projet à Paris, mais en tout l'entreprise emploie à peine dix personnes, "essentiellement pour la communication et le lobying", explique Yann Rivoallan, le président de la fédération française du prêt-à-porter. C'est bien ce type d'entreprises que vise le député dans sa proposition de loi : le malus serait appliqué aux enseignes qui produisent plus de mille produits par jour.

H&M compte plus de 200 boutiques en France et 4650 salariés

Mais la fast-fashion concerne aussi des entreprises comme Zara, Primark ou H&M, qui détiennent des centaines de boutiques et emploient plusieurs milliers de personnes en France. Rien que l'entreprise suédoise H&M compte plus de 200 boutiques en France, et 4647 salariés (en 2022).

Il faut donc bien différencier la fast-fashion de l'ultra fast-fashion. Au début des années 2000, c'est d'abord la fast-fashion qui est apparue, notamment avec l'enseigne Zara. Fini les deux collections par an habituelles, automne/hiver et printemps/été. Ces entreprises se sont mises à proposer des produits toute l'année. Il n'y a pas de définition dans la loi de la fast-fasion. Mais le Parlement européen parle d'une industrie "fondée sur des volumes importants de vêtements de moindre qualité à bas prix". Depuis 2020, l'ultra fast-fashion est passée un cran au-dessus, avec des volumes records.

Plus de 7 000 nouveaux produits par jour proposés par Shein

L'entreprise chinoise Shein affole les compteurs avec 7 000 à 10 0000 nouveaux produits proposés chaque jour. L'association Les Amis de la Terre a analysé la marque pendant un mois entier, en mai 2023. L'enseigne a ajouté sur son site plus de 7 200 nouveaux modèles par jour en moyenne, atteignant parfois jusqu'à 10 800 nouvelles références par jour. La fédération du prêt-à-porter a aussi analysé la production de Shein, grâce à des systèmes informatiques. Elle estime entre 8 000 et 10 000 le nombre de produits proposés par jour. Le géant chinois a vendu plus de trois milliards de produits en une année.

C'est très nettement au-dessus de ce que proposent des marques de la fast-fashion comme Primark ou H&M. Zara, par exemple, met en vente autour de 500 nouvelles références par semaine, soit 70 par jour, d'après la Fédération française du prêt-à-porter. Les quantités produites sont inférieures, même si elles restent importantes. "Le prix moyen d'un produit chez Shein est inférieur à dix euros, il est plutôt autour de 30 euros chez Zara", ajoute Yann Rivoallan. "Shein propose autant de nouveaux produits en une journée qu'une marque française comme Gérard Darel ou La Fée Maraboutée dans toute leur vie", conclut le président de la fédération du prêt-à-porter.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.