Cet article date de plus d'un an.

Sécheresse : un cinquième de l'eau potable en France est-il perdu en fuites dues à de vieilles canalisations ?

"Un cinquième de l'eau est perdu en fuites par des vieilles canalisations" a déclaré sur franceinfo le porte-parole du Rassemblement national Laurent Jacobelli. Nous avons vérifié.

Article rédigé par franceinfo - Emilie Gautreau
Radio France
Publié
Temps de lecture : 120 min
Un chantier de remplacement des canalisations, à Montpellier (Hérault) le 7 janvier 2021. Illustration (JEAN-MARC LALLEMAND / MAXPPP)

Alors que la totalité des départements de France métropolitaine est en vigilance sécheresse et que dans certaines zones l'eau apparait désormais comme un bien rare, le porte-parole du Rassemblement national Laurent Jacobelli a, mercredi 10 août sur franceinfo, mis en avant les pertes d'eau potable dues à des fuites dans les canalisations. "Est-ce que vous saviez, a-t-il avancé, que dans les tuyauteries il y a un cinquième de l'eau qui est perdu en fuites par des vieilles canalisations ?"

Une moyenne d'un litre sur cinq effectivement perdu

L'estimation est juste. Les chiffres du porte-parole du RN sont tirés d'un rapport du système d'information des services publics d'eau et d'assainissement (le SISPEA) qui a évalué les services publics d'eau à partir des données disponibles en 2020 (extraites de la base nationale le 31 Janvier 2022).

D'après ce rapport donc, les pertes d'eau potable dues aux fuites sont stables, avec une moyenne d'un litre sur cinq perdu. À l'échelle de la France entière, les pertes annuelles par fuite représentent près de 937 millions de m3, l’équivalent de la consommation annuelle d’environ 18 millions d’habitants.

Des causes multiples qui ne sont pas dues qu'à la vétusté des canalisations

Toujours d'après ce rapport, les causes sont multiples. L'âge des canalisations évoqué par Laurent Jacobelli y figure effectivement, mais présenté comme un facteur aggravant et non nécessairement déterminant. Le rapport précise par ailleurs que plus de 60% du réseau en France ont été posés après 1970.

Les fuites s'expliquent aussi par le type de canalisations, leur corrosion (causée naturellement par l'eau distribuée ou par l'humidité du terrain dans lequel est implantée la canalisation), mais également le vieillissement des joints d'étanchéité, la pression élevée de l'eau dans les canalisations et les variations de pression, les mouvements des sols, ou encore des incidents qui conduisent à percer les canalisations.

Des obligations de rendement et d'entretien des réseaux à respecter

Un décret qui date de 2012, dit "décret fuites", issu du Grenelle de l'environnement, oblige entre autres les services d'eau à respecter un certain rendement minimum, calculé en fonction de plusieurs paramètres et à l'améliorer. En dessous d'un certain seuil exigé, un plan d'action de réduction des fuites doit être mis en place. Le rapport indique que 20 % des services ne sont pas conformes à la réglementation et que les pénalités financières, appliquées à partir de 2014, étaient en légère augmentation en 2020.

Le rapport précise aussi que même dans les zones qui ont un très bon rendement, et même si un rendement de 100% est techniquement impossible, les efforts doivent se poursuivre pour limiter les fuites. Si on prend l'exemple de Paris, le rendement en 2019 était de 90% mais les fuites représentent de tels volumes d'eau – 18 millions de mètres cubes – que cela équivaut à 2% des pertes de la France entière.

Conformément aux conclusions des Assises de l’eau de 2019, les agences de l’eau doivent aider les collectivités à renouveler leurs réseaux, en particulier les collectivités rurales.

Consultez lamétéo
avec
voir les prévisions

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.