Le vrai du faux, France info

Olivier Besancenot dit-il vrai sur la TVA et les impôts ?

L'ancien leader du NPA affirme que c'est "la TVA qui rapporte le plus à l'Etat, et pas l'impôt sur le revenu". Il ajoute que "pour les 20% les plus riches, la TVA va représenter 8% de leur revenu. Pour les 20% les plus pauvres, 22%". Vrai ou faux ? Réponse ici.

(©)

Vrai sur l'impôt sur le revenu

La TVA rapporte deux fois plus que l'impôt sur le revenu aux caisses de l'Etat. Dans le budget 2013, elle a représenté 47,3% des recettes fiscales. L'impôt sur le revenu 24,1%. La taxe sur les produits pétroliers, 4,6%. Quant à l'impôt sur les sociétés, il a rapporté 17,9%.    

D'après le spécialiste de la fiscalité Thomas Piketty, l'impôt sur le revenu a toujours rapporté moins que les impôts indirects. Il y a un siècle, quand il apparaît, l'impôt sur le revenu ne rapporte presque rien du tout, et pour cause.
Thomas Piketty rappelle que "quand on créé l'impôt sur le revenu, cela concerne moins de 1% de la population et avec un taux ridicule. En 1914, le taux le plus élevé du barème de l'impôt sur le revenu de 2% ".
L'économiste précise qu'après "ça change très vite. Dès la sortie de la Première Guerre mondiale, dès le début des années 20, le taux le plus élevé passe à 60%, presque d'un seul cou p". A l'époque, 10% des Français paient cet impôt, contre environ 50% aujourd'hui.

Faux sur les 20% les plus riches et les plus pauvres

La TVA pèse différemment en fonction des niveaux de vie de la population. On appelle ça le taux d'effort. Mais pas de manière aussi forte que ce que dit Olivier Besancenot. Et surtout, c'est vraiment sur les deux extrémités de l'échelle des richesses que cela joue.

Pierre Courtioux économiste à l'Edhec a mené une étude sur la TVA en 2007. Il explique qu'"aux extrêmes, notamment pour les 10% les plus pauvres et les 10% les plus riches, il y a une différence qui est notable. Pour les 10% les plus riches, le taux d'effort est de l'ordre de 5,2%. Alors que pour les 10% les plus pauvres, il est de l'ordre de 11% ".
La TVA pèse donc deux fois plus lourd sur les épaules des 10 % plus pauvres que sur celles des 10% les plus riches.

(©)