Cet article date de plus d'un an.

Le vrai du faux. L'Union européenne va-t-elle nous imposer de manger, sans le savoir, des insectes ?

C'est ce que disent de nombreux messages sur les réseaux sociaux. Cette question est même arrivée jusqu'aux bancs du Sénat. En réalité, si la Commission européenne autorise bien la consommation d'insectes, cela doit être clairement mentionné.
Article rédigé par Thomas Pontillon
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 70 min
Des insectes destinés à l'alimentation sont vendus à Londres, le 20 mai 2013. (JEFF BLACKLER / REX / SIPA)

Est-ce que l'Union européenne vient d'autoriser l'utilisation d'une poudre d'insecte qui va remplacer la farine dans les biscuits ou le pain sans prévenir les consommateurs ? C'est ce que disent de nombreux messages sur les réseaux sociaux ces derniers jours et c'est même arrivé jusqu'aux bancs du Sénat.

>> Riches en protéines, moins gourmands en eau et en espace : les insectes, le nouvel eldorado de l'élevage

Le sénateur Les Républicains, Laurent Duplomb, a interpellé le gouvernement : "Monsieur le ministre, comment en sommes-nous arrivés là ? À devoir consommer des grillons de la même famille que les sauterelles ou les criquets alors que la France est le pays de la gastronomie et des terroirs ?"

Une autorisation délivrée début janvier

Ce qui est vrai, c'est que la Commission européenne a bien autorisé pour cinq ans la mise sur le marché de poudre dégraissé de grillons domestiques. Cette autorisation a été publiée début janvier et elle est disponible en ligne. On peut lire que cette poudre pourra être utilisée pour "des pains, des biscuits, des barres de céréales, des sauces ou encore des pâtes à pizza".  

En revanche, cela ne veut pas dire qu'on va peut-être en manger sans le savoir. C'est ce point qui est faux. La Commission européenne nous confirme que les produits à base d'insectes seront clairement étiquetés. Si vous prenez un paquet de biscuits, le fabricant le signalera dans la composition du produit. Même chose pour le pain, votre boulanger devra rendre disponible la liste des ingrédients d'autant que les insectes, même s'ils sont jugés sûrs par les autorités sanitaires européennes, présentent un risque d'allergie. La présence de cette poudre sera donc mentionnée, comme c'est déjà le cas pour les œufs, le lait ou encore les mollusques. En clair, vous serez forcément prévenus. 

Un marché de niche

Par ailleurs, ce n'est pas le premier insecte autorisé par l'UE. C'est même le 4e depuis deux ans, puisqu'il y a eu le ver de farine ou encore le criquet migrateur autorisés sous plusieurs formes : en poudre, en version séchée ou congelée. Le goût selon le fabricant est très léger et plutôt neutre.

Cependant, la consommation d'insectes reste pour l'instant une niche. Ces produits servent la plupart du temps à nourrir les animaux.  

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.