Le vrai du faux, France info

VRAI OU FAKE La piqûre d'un "nouveau moustique" provoque-t-elle des œdèmes dangereux ?

Une image massivement partagée sur Facebook affirme que la piqûre d'une "nouvelle forme de moustique" entraînerait un gonflement important et de la fièvre. Cette affirmation est trompeuse.

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !
Le moustique tigre, vecteur de maladie et présent en France, est surveillé par les autorités sanitaires.
Le moustique tigre, vecteur de maladie et présent en France, est surveillé par les autorités sanitaires. (SMITH COLLECTION/GADO/GETTY IMAGES)

Une image partagée plus de 500 000 fois sur Facebook montre le genou d'une jeune fille, rouge et très enflé, accompagnée de ce message d'alerte : "Une jeune fille a été piquée par un moustique hier, rien d’anormal jusqu'à ce qu’elle remarque que son genou était enflé, rouge et brûlant", explique l'internaute. 

Le message précise que cette jeune fille a été "emmenée aux urgences" et qu'ils ont découvert qu'il s'agissait "d'une nouvelle sorte de piqûre de moustique qui provoquerait une infection grave". L'internaute ajoute que si la famille avait attendu plus longtemps, "l'infection aurait atteint le sang et causé la mort" de la jeune fille piquée. Faut-il s'inquiéter des piqûres de moustique cet été, comme le suggère cette publication ?

Une photo datant de 2017

Tout d’abord, la photo ne date pas d’hier. Elle a en fait été postée pour la première fois aux Etats-Unis  en 2017 par une mère racontant que sa fille a été piquée par "une nouvelle forme de moustique", qui serait à l'origine du gonflement. L’histoire n’est donc pas récente.

Nous avons posé la question à un médecin généraliste et à une dermatologue qui nous expliquent que ce genre de gonflement peut parfois être observé à la suite d'une piqûre de moustique, en cas d’infection ou de réaction allergique. En effet, certaines personnes sont allergiques aux piqûres de moustiques. "La réaction allergique peut provoquer un gonflement passager au niveau de la piqûre, détaille Thierry Brot, médecin généraliste, mais il est rare que cela provoque de tels oedèmes." 

Une inflammation liée à une infection

La cause de ce type de réaction pourrait aussi être une infection : à force d’être gratté, le lieu de la piqûre devient une plaie où peut s’infiltrer une bactérie qui infecte la blessure. L’infection peut s'accompagner d’une fièvre mais "rarement de symptômes aussi forts que ceux décrits dans le texte", estime le médecin.

Parmi les pistes évoquées par les médécins que nous avons contactés, la "cellulite infectieuse" est présentée comme pouvant être à l'origine de l'oedème. Il s'agit d'une forme d’infection, souvent causée par une bactérie de staphylocoque, qui provoque des douleurs et des gonflements. L’allergie peut être facilement traitée par un antihistaminique et l’infection par la prise d’antibiotiques pour réduire l’inflammation. La mère américaine explique d’ailleurs, en commentaire de son post Facebook, que sa fille avait été mise sous antibiotiques à la suite de l'incident.

Quant à la "nouvelle sorte de piqûres de moustiques" mentionnée par l’internaute, ni la dermatologue ni les médecins contactés n’en ont entendu parler. "Je n’ai pas entendu parler ni vu de cas de ce type", confirme une dermatologue.

En France, il y a principalement trois types de moustiques : le moustique culex, le moustique aedes et le moustique anophèles. Aucun d’entre eux ne provoque spontanément d’importants gonflements comme sur la photo. Le principal danger de certains moustiques est leur capacité à transporter des virus comme la dengue et le chikungunya, qui ne circulent pas activement en France métropolitaine actuellement. Néanmoins, le moustique tigre, vecteur de maladie et présent en France, est surveillé par les autorités sanitaires. Mais aucun "nouveau moustique" provoquant ce genre d'oedème n’a été signalé.

Le moustique tigre, vecteur de maladie et présent en France, est surveillé par les autorités sanitaires.
Le moustique tigre, vecteur de maladie et présent en France, est surveillé par les autorités sanitaires. (SMITH COLLECTION/GADO/GETTY IMAGES)