Le vrai du faux, France info

L'austérité a fait bondir la mortalité infantile en Grèce ?

D'après Cécile Duflot, "les plans d'austérité imposés par la troïka ont provoqué une hausse de la mortalité infantile de 42%. Voilà la réalité de ce pays, qui est membre de l'Union européenne".

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !
(Cécile Duflot dit-elle vrai sur la mortalité infantile en Grèce ? © Maxppp)

Faux. 

L'ancienne ministre reprend en fait le chiffre et le postulat d'un article publié par deux chercheurs dans la revue médicale The Lancet en février 2014.

"Les mesures d'austérité en Grèce ont affecté la santé des enfants, en raison de la baisse des revenus des familles et du chômage des parents (...). La baisse de long-terme de la mortalité infantile s'est inversée, augmentant de 43% entre 2008 et 2010 ", expliquent notamment les deux auteurs, chercheurs à la London School of Hygiene & Tropical Medecine et à l'Université d'Oxford.

Ce chiffre de 43% vient en fait des statistiques officielles de l'Organisation mondiale de la santé. D'après l'OMS, pour un millier de naissance sur une année, il y a eu 2,65 décès d'enfants de moins d'un an en 2008 contre 3,15 en 2009 et 3,8 en 2010. Ce qui fait donc une augmentation de 43,4% sur les deux premières années de la crise économique.

Pas d'augmentation continue de la mortalité infantile

Mais pour dégager une véritable tendance, il faut comparer l'évolution du taux de mortalité infantile entre les années qui précédent la crise et celles qui la suivent. En clair : ne pas se contenter de la période 2008-2010, comme l'explique un autre article publié en réaction dans The Lancet.

En l'occurence, on se rend compte que 2008 a été marquée par un taux de mortalité infantile historiquement faible, avec une baisse record de 25% en un an. Il est donc difficile de prendre cette année comme période de référence de l'avant-crise économique. En 2010, le taux de mortalité infantile en Grèce était en fait équivalent à celui de 2005 (3.8).

Ensuite, si les années 2009 et 2010 ont effectivement vu le taux de mortalité infantile augmenté de 43% par rapport à 2008, cette hausse n'a pas continué. Le deux années suivantes, il a ainsi chuté de 23,'% pour atteindre en 2012 le deuxième taux le plus bas depuis plusieurs décennies (2.91). A contrario, le taux est reparti à la hausse en 2013. Bref, il est difficile de constater une tendance stable sur la mortalité infantile en Grèce depuis la crise.

{% embed infogram taux-de-mortalite-infantile-en-grece" style="color:#acacac;text-decoration:none;"> | Create infographics

%}

Un lien entre mortalité infantile et coupes budgétaires ? 

Pour établir un lien entre mortalité infantile politique d'austérité, il faut mettre en parallèle l'évolution du taux de décès chez les nourrissons et les coupes budgétaires opérées dans le budget de la Santé du pays.

De fait, "les dépenses de santé totales ont reculé de 11 % en 2010 et à nouveau en 2011, après un taux de progression annuel de plus de 5 % en moyenne entre 2000 et 2009 " explique l'OCDE. En 2012, dernière année disponible, le pays dépensait l'équivalent de 9,3% de son PIB en dépenses de santé. Chiffre dans la moyenne des pays membres de l'OCDE, mais loin derrière la France ou l'Allemagne (environ 11%). 

Conclusion : alors que le taux de mortalité infantile augmentait dans le pays entre 2008 et 2010, les coupes budgétaires n'ont commencé qu'en 2010. Par ailleurs, quand le budget alloué au système de santé plongeait entre 2010 et 2012, le taux de mortalité infantile repartait à la baisse pour atteindre son niveau du début de la crise économique.  

En résumé, le taux de mortalité infantile ne semble pas être le bon exemple pour illustrer les conséquences négatives de l'austérité sur le système de santé d'un pays. 

Sources 

Les dépenses de santé continuent de stagner dans les pays de l'OCDE, OCDE juin 2013

Les dépenses de santé en Grèce en % du PIB depuis 2000, OCDE statistiques 2014

Les statistiques de la vie en Grèce 2013, Autorité de la statistique grecque septembre 2014

 

(Cécile Duflot dit-elle vrai sur la mortalité infantile en Grèce ? © Maxppp)