Cet article date de plus de neuf ans.

François Bayrou dit-il vrai sur l'élevage aux hormones aux Etats-Unis ?

écouter (3min)
Le président du MoDem affirme que "des hormones sont systématiquement distribuées ou implantées pour les animaux en élevage aux Etats-Unis". Vrai ou faux ? Réponse ici.
Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
  (©)

Faux

François Bayrou se trompe pour plusieurs raisons. D'abord, parce que les hormones sont interdites pour deux grandes catégories d'animaux d'élevage aux Etats-Unis, la volaille et le porc, selon le site internet du département à l'agriculture.

Bœuf alternatif

Pour ce qui concerne le bœuf, les hormones sont autorisées et largement utilisées dans son élevage. Mais il existe des animaux qui ne reçoivent pas d'hormones de croissance. La preuve, l'Union européenne importe du bœuf américain alors que le bœuf aux hormones est strictement interdit en Europe. En 2011, l'Union a importé pour 130 millions d'euros de bœuf américain dit "de qualité", d'après les chiffres de la commission européenne.

Aujourd'hui, aux Etats-Unis, il est possible d'acheter du bœuf bio,  sans hormones et sans antibiotiques. L'élevage bio existe mais ne représente que 1% du cheptel, d'après une étude du ministère américain de l'agriculture. Il existe aussi des systèmes basés sur le pâturage mais non certifiés bio. Au total, ce qu'on appelle là-bas les systèmes alternatifs d'élevage représentent 3% du marché de la viande. Leur part devrait doubler tous les cinq ans. Les consommateurs sont de plus en plus soucieux de la qualité de la viande.

"Feedlots"

Car la grande majorité de la production provient d'élevages conventionnels avec hormones et antibiotiques, particulièrement dans les fameux "feedlots", ces fermes-usines avec ateliers d'engraissement. L'objectif est de faire grossir les animaux dans un minimum de temps au plus bas coût. On les regroupe sur des parcs en terre battue où l'herbe n'existe pas ou sur caillebotis dans des hangars. Le Texas, l'Oklahoma et le Nebraska sont les Etats champions pour ce type d'élevage intensif. Ils produisent la majorité de la viande américaine.

Dans quelques semaines, l'Union européenne et les Etats-Unis doivent négocier un accord de libre échange dans les semaines qui viennent. Bruxelles assure que le bœuf aux hormones américain restera en dehors du champ de l'accord.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.