Crise de l'hôpital : 98% de la population vit-elle vraiment à moins de 30 minutes de soins d'urgence ?

écouter (121min)

Les exemples de services d'urgences débordés, fermés la nuit, voire fermés tout court faute de soignants se multiplient un peu partout en France. Mais François Braun, le ministre de la Santé, se veut rassurant. Il affirme que 98% des Français disposent d'un accès aux soins d'urgence en moins de 30 minutes. 

Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min.
Depuis plusieurs semaines, certains services d'urgences sont forcés de fermer ou de réduire leur activité, faute de soignants disponibles. (MATHIEU THOMASSET / HANS LUCAS)

Des filtrages des patients à Nice ou Montauban, des fermetures de nuit ou partielles en Loire Atlantique, de nombreux hôpitaux ou cliniques doivent s'adapter au manque de soignants un peu partout en France.

Mais le ministre de la Santé, François Braun, se veut malgré tout rassurant sur franceinfo : "Les urgences vitales sont assurées. Il faut quand même toujours penser à ça. Les Français, l'immense majorité des Français, 98% sont à moins de 30 minutes d'une équipe d'urgence. Qu'elle soit fixe ou qu'elle soit mobile."

Près d'un million de Français à plus de 30 minutes d'un accès aux soins d'urgence

Le chiffre avancé par François Braun correspond aux calculs de la Drees, la direction des statistiques du ministère de la Santé dans un diagnostique publié en 2020 : 992 836 Français, soit 1,5% de la population, vit à plus de 30 minutes d'accès à des soins d'urgence. 

Cette barre des 30 minutes n'a pas été prise au hasard. Il est considéré comme un seuil critique, notamment en cas d'infarctus du myocarde. Mais il reste à nuancer car il ne prend ni en compte le temps de déclenchement de l'alerte et celui de la prise en charge. Par ailleurs, il inclut des services qui ne sont disponibles qu'en journée.

Un chiffre qui inclut les déplacements en hélicoptères

Le ministre de la Santé évoque un accès à "une équipe d'urgence, qu'elle soit fixe ou mobile". De fait, pour arriver à près de 98% de la population à moins de 30 minutes de soins d'urgence, il faut inclure le déplacement des médecins locaux chargés d'intervenir en attendant les secours, celui des équipes du Samu par la route ou par les airs, ou encore l'utilisation des hélicoptères de la Sécurité civile. Si on ne prend en compte que les déplacements par la route, il y a plus de 2,5 millions de Français éloignés des soins d'urgence.

Par ailleurs, le chiffre avancé par François Braun masque une très forte inégalité selon les territoires. En Corse, en Martinique ou en Guyane, la part de la population éloignée de soins d'urgence est comprise entre 15 et 20%. A l'inverse, en Provence-Alpes-Côte d'Azur, cette proportion tombe à 0,5% de la population.

Un accès aux services des urgences plus problématique

Sans parler des déplacements des professionnels de santé, l'éloignement des services des urgences dans les hôpitaux et les cliniques concerne beaucoup plus de monde. Selon une étude publiée par l'Association des maires de France l'an dernier, plus de 6 millions de Français, 10% de la population, vit à plus de 30 minutes d'une structure d'acccueil. Et parmi eux, les trois quarts vivent en zone rurale.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.