Cet article date de plus de neuf ans.

Arnaud Montebourg dit-il vrai sur la rentabilité d'Autolib' ?

écouter (5min)
Le ministre du Redressement productif affirme que le système de location de voitures électriques développé par le groupe Bolloré en Ile-de-France "a atteint sa rentabilité". Vrai ou faux ? Réponse ici.
Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
  (©)

Faux

Arnaud Montebourg est plus optimiste que Vincent Bolloré lui-même !
Dans les différentes interviewes données à la presse, le patron du groupe Bolloré espère qu'Autolib' pourra être rentable au premier semestre 2014.  
Et pour que la rentabilité soit atteinte à ce moment-là, Vincent Bolloré estime qu'il lui faut engranger entre 50.000 et 60.000 abonnés premiums (des abonnements à l'année) qui coûtent 120 euros.  

Cet objectif n'est pas encore atteint. La mairie de Paris avance le chiffre de 42.000 abonnés à l'année. La perspective d'atteindre le point d'équilibre pour début 2014 semble incertaine.  
L'an dernier, Vincent Bolloré reconnaissait qu'Autolib' coûtait à son groupe 50 millions d'euros par an. Le groupe ne peut pas compter sur les communes qui accueillent Autolib' car il s'est engagé à supporter seul les pertes financières.

Vitesse de croisière  

Reste que le système de location a atteint sa vitesse de croisière. Lancé en décembre 2011, Autolib' a enregistré 2,7 millions de locations. Il compte aujourd'hui 100.000 abonnés, dont 42.000 à l'année.  
Sur le plan des infrastructures, c'est allé très vite. Il y a aujourd'hui plus de 830 stations et 1.800 Autolib' dans 53 communes d'Ile-de-France.  

Comportements

Malgré ce succès, les comportements sont-ils chamboulés ? En partie seulement.
Deux études montrent que l'utilisation d'Autolib' est surtout un moyen d'échapper aux transports en commun, jugés pas suffisamment rapides et confortables.
Autolib' ne semble pas se substituer prioritairement au véhicule personnel. Par exemple, dans un sondage CSA, les deux tiers des clients d'Autolib' qui possédaient une voiture ne souhaitaient pas pour autant se débarrasser de leur véhicule.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.