Le vrai du faux, France info

"A peine 10% des barquettes de jambon ont une étiquette d'origine" ?

C'est l'un des combats de Stéphane Le Foll : mutliplier les étiquettes mentionnant l'origine française de la viande préparée pour responsabiliser les consommateurs. Or, d'après le ministre de l'Agriculture, "à peine 10%" des barquettes de jambon affichent l'origine du porc sur leur emballage. Un chiffre bien en-dessous de la réalité.

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !
(Stéphane Le Foll affirme que 10% des barquettes de jambons mentionnent l'appellation d'origine © Maxppp)

Faux

L'indication de l'origine sur les emballages est censée encourager les consommateurs à consommer français et soutenir la filière porcine. Encore faudrait-il qu'ils trouvent ces étiquettes sur leurs produits. Or d'après Stéphane Le Foll, seules 10% des barquettes de jambon indiquent d'où vient la viande de porc.

La moitié des barquettes vendues avec l'origine

Sauf que ce n'est pas ce que montre les chiffres de l'interprofession porcine. Inaporc a regardé les emballages de 750 produits dans les rayons de 27 enseignes en fin d'année dernière. Résultat : la moitié des barquettes de jambon vendues indiquait soit "Porc Français", soit "Viande de porc française" ou "Origine france". Et le chiffre grimpe à 75% si on inclut l'appellation origine union européenne.

On est donc loin au-dessus de l'estimation de Stéphane Le Foll. Du côté du ministère de l'Agriculture, on explique que le ministre voulait parler uniquement du "Porc français". Sauf que cette appellation ne représente pas dix mais un peu plus de 15%.

Pas d'obligation pour l'instant

Ceci la situation est très contrastée en fonction des produits à base de porc. Plus de 95% du jambon des marques distributeur respectent l'accord interprofessionnel sur l'étiquetage volontaire d'origine de produits à base de porc. A l'inverse, la moitié des industriels du secteur joue le jeu.

En tout état de cause, la mention de l'origine n'est pas obligatoire pour le moment. sauf si cela peut tromper le consommateur, par exemple si un chorizo espagnol est fabriqué en France.

C'est la Commission européenne qui a la main sur ce dossier. En l'état actuel de la réglementation, l'indication d'origine est seulement obligatoire pour les fruits et les légumes, les poissons le miel et l'huile d'olive.

Sources

Résultats du suivi de l'étiquetage de l'origine, décembre 2014, Inaporc

Origine des produits : quelle information du consommateur ? ministère de l'agriculture, 2013

(Stéphane Le Foll affirme que 10% des barquettes de jambons mentionnent l'appellation d'origine © Maxppp)