Cet article date de plus de trois ans.

Le sens des mots. "Confinement", la fin d'un monde et le début d'un autre

Tout l'été sur franceinfo, Marina Cabiten et la sémiologue Mariette Darrigrand, spécialisée dans l'analyse du discours médiatique et dirigeante du cabinet Des faits et des signes, s'arrêtent sur les termes qui ont marqué l'actualité de l'année écoulée. Aujourd'hui, le confinement.

Article rédigé par Marina Cabiten
Radio France
Publié
Temps de lecture : 2 min
Un homme fait son jogging à la place du Tertre à Montmartre en plein confinement.  (LIONEL BONAVENTURE / AFP)

Confinement, c’est un mot du langage judiciaire, synonyme d’emprisonnement. La grande majorité d’entre nous ne le connaissait pas avant la crise sanitaire, mais nous avons vécu avec lui ces derniers mois et il va probablement rester un mot familier.

franceinfo : Mariette Darrigrand, nous n’en avons pas “fini” avec ce terme qui est justement construit sur la racine “fin”.

Mariette Darrigrand : Il vient du mot finis en latin, qui signifie la fin, the end en anglais, mais aussi la "finalité", le but. Cela arrive qu’une même racine donne deux mots et c’est toujours très intéressant. Avec la crise sanitaire et le confinement, chacun de nous a pu ressentir à la fois un peu la fin d’un monde que nous aimons (la liberté de circuler, de faire du sport, du shopping…) et aussi le début de quelque chose. Nous avons vraiment commencé collectivement à nous interroger sur nos pratiques et nos modes de vie.

La fin d'une chose, qui est aussi le début d’une autre. C’est en lien avec l’origine du mot puisque dans l’antiquité il y avait l’expression finis terrae, la fin de la terre, qui désignait aussi l’horizon qui s’ouvre à nous. Ça a donné également le mot “confins”, un mot prisé dans la littérature de voyage pour désigner les beaux endroits du bout du monde encore protégés. Tout le contraire de la mauvaise mondialisation.

Cette crise nous a montré en effet combien l’être humain a besoin de voir loin, encore plus lorsque son environnement se rétrécit. Beaucoup de gens sont allés voir la mer quand ils ont été déconfinés. Imaginer aussi des mondes lointains dans l'espace ou dans le temps, c'est rêver à un avenir meilleur.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.