Le rendez-vous du Particulier, France info

Le rendez-vous du Particulier. Le regroupement de crédits : ça peut vous coûter cher…

Le regroupement de crédits en cette période de crise permet d'avoir des fins de mois moins difficiles. Mais attention aux frais que cela engendre et aux années supplémentaires de remboursement. Laure Le Scornet  a enquêté pour le mensuel "Le Particulier". 

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !
Regrouper tous ses crédits, immobilier, consommation, découverts bancaires, automobile, oui c\'est possible, mais l\'addition peut être élevée à la fin...
Regrouper tous ses crédits, immobilier, consommation, découverts bancaires, automobile, oui c'est possible, mais l'addition peut être élevée à la fin... (VIROJT CHANGYENCHAM / GETTY IMAGES)

Le mensuel du groupe Le Figaro, Le Particulier s’intéresse aujourd’hui aux regroupements de crédits. Est-ce une vraie bonne solution pour éviter le surendettement et faciliter ses paiements ? 

franceinfo : C’est quoi le regroupement de crédits ? Comment ça fonctionne ?

Laure Le Scornet : Le fonctionnement du regroupement de crédits, également appelé rachat de crédits, est simple : un établissement financier rachète tous les crédits ou certains crédits d’une personne et rembourse les premiers prêteurs. La nouvelle mensualité écrase toutes les mensualités précédentes et les remplace.

Le principal avantage est que cette nouvelle mensualité est moins élevée que toutes les précédentes mensualités réunies. Il faut savoir que le regroupement de crédits peut concerner tous types de crédits : immobilier, consommation, automobile, renouvelable, même des découverts bancaires...

Beaucoup de ménages y ont recours ?

Oui, le regroupement de crédits a le vent en poupe. Selon les acteurs du marché, il semble que les Français se détournent des crédits à la consommation au profit du regroupement de crédits. Car cette technique offre de nombreux avantages. Pour tous ceux qui jonglent avec plusieurs prêts, elle permet d’assainir leurs finances et de gagner du pouvoir d’achat tous les mois.

Le rachat de crédits facilite les comptes : un seul prêteur, une seule mensualité, un seul taux. Cette restructuration des crédits est même devenue un outil de gestion, à part entière, qui s’adapte à tous les profils, ce qui explique son succès. À ceux qui ont des fins de mois difficiles, ceux qui ont souscrit un crédit revolving flirtant avec les 20%, ceux qui veulent réduire leur taux d’endettement pour souscrire un nouveau crédit (travaux, voiture...).

On voit même apparaître de nouveaux profils recourir au regroupement de crédits : des cadres supérieurs et des dirigeants d’entreprise qui en font un outil de gestion de leur patrimoine.

Mais cette technique peut avoir un gros inconvénient ?

Oui, elle doit être utilisée avec prudence. Car la nouvelle mensualité obtenue avec le regroupement de crédits est en réalité un véritable tour de passe-passe qui coûte cher. En effet, ce n’est qu’avec l’allongement de la durée de remboursement que la mensualité baisse. Le coût de l’emprunt sera alors automatiquement majoré puisque les intérêts courent sur une période plus longue.

Il faut donc se méfier des publicités qui annonce un "gain de 60% sur vos mensualités". C’est une sorte de miroir aux alouettes. Au final, le remboursement de tous les crédits réunis en un seul coûtera plus cher que s’ils avaient été remboursés sans les regrouper.

Comment on peut calculer le surcoût d’une telle opération ?

Il faut sortir la calculette et comparer le montant des intérêts des crédits en cours à ce que vous aurez à payer en les regroupant. Il faut ensuite ajouter les frais : les frais de dossier, les éventuels frais de courtier, le montant de l’assurance emprunteur (exigée si l’opération englobe un crédit immo) - celui-ci peut être plus cher si votre profil s’est dégradé (maladie...), les frais d’une éventuelle hypothèque.

Quant au taux de crédit, il dépend de votre profil d’emprunteur (si vous êtes propriétaire / locataire), de la durée du prêt, etc. Par exemple, un propriétaire peut emprunter entre 1,30 et 4%, avec une garantie hypothécaire.

Donc, il faut recourir à ces regroupements de crédits pour "de bonnes raisons", c'est-à-dire ? 

Oui, pour toutes les raisons que j’ai décrites précédemment. Pour gagner en confort de remboursement. Pour gagner en sérénité et avoir un reste à vivre mensuel plus important. Pour passer sous le seuil d’endettement de 33% pour décocher un nouveau crédit. Mais, attention, le regroupement de crédits n’est pas synonyme d’économies, contrairement à une renégociation de taux auprès de votre banque.

Toutefois, si la situation est trop compliquée, il ne faut pas hésiter à contacter son centre communal d’action sociale (CCAS) pour constituer un éventuel dossier de surendettement auprès de la Banque de France. Le regroupement de crédits n’est pas une solution miracle.

Une dernière question Laure Le Scornet, à qui s’adresser pour une telle opération ?  

Tout d’abord, auprès de sa banque qui peut avoir une filiale spécialisée. Sinon, le mieux est de s’adresser à un courtier qui se rapprochera des prêteurs spécialisés. On compte aujourd’hui une dizaine d’établissements qui se partagent le gâteau. Et, surtout, il faut faire jouer la concurrence.

Dernier conseil : il est important de repérer les arnaques, nombreuses avec le Covid-19. Pour cela, il faut vérifier sur le site de l’ORIAS (le gendarme de la finance) que la société qui vous propose le regroupement est bien immatriculée à son registre en tant qu’intermédiaire en opérations de banque et en services de paiement (IOBSP).

Regrouper tous ses crédits, immobilier, consommation, découverts bancaires, automobile, oui c\'est possible, mais l\'addition peut être élevée à la fin...
Regrouper tous ses crédits, immobilier, consommation, découverts bancaires, automobile, oui c'est possible, mais l'addition peut être élevée à la fin... (VIROJT CHANGYENCHAM / GETTY IMAGES)