NUPES, Damien Abad et Kylian M’Bappé : les réponses aux questions des auditeurs

écouter (5min)

Matthieu Mondoloni, directeur adjoint de la rédaction de franceinfo répond aux questions des auditeurs au micro d’Emmanuelle Daviet, médiatrice des antennes de Radio France. 

Article rédigé par
Radio France
Publié
Temps de lecture : 6 min.
Dans un studio de franceinfo à Paris (France). (CHRISTOPHE ABRAMOWITZ / RADIO FRANCE)

Des auditeurs s’étonnent que les quinze premiers jours du mois de mai, les invités politiques liés au mouvement NUPES aient été largement sur-représentés, notamment sur votre antenne, ce qui crée un déséquilibre avec les autres forces politiques.

Emmanuelle Daviet : Les auditeurs souhaitent savoir comment vous allez rééquilibrer les choses et comment doivent se répartir les temps de parole lors de cette campagne des législatives, quelles sont les règles ?

Matthieu Mondoloni : Tout d’abord, effectivement, il y a un déséquilibre, mais qui est dû à l’actualité puisque vous le savez, à ce moment là déjà, on est après le second tour, il y a beaucoup de partis politiques qui étaient un peu atones. Je pense notamment aux Républicains. La majorité en revanche, à gauche, comme il y avait cette signature d’un accord dit historique par les principaux partis de gauche, on a beaucoup, beaucoup d’invités, mais notamment des invités, parfois d’ailleurs, qui étaient en contradiction ou en tout cas en désaccord.

C’est le cas par exemple de Carole Delga, la socialiste. Mais qui est comptée quand même en socialiste alors même qu’elle est contre l’accord. Vous voyez, c’est un peu compliqué, mais ça ce sont les règles de l’ARCOM donc il y a un déséquilibre. Comment on le compense ? Tout simplement en faisant plein d’autres invités sur la suite. C’est à dire que le temps qui nous est donné pour équilibrer n’est pas seulement de quinze jours. Il n’est même pas d’un mois, il est trimestriel.

Donc on a trois mois pour rééquilibrer tout ça. Et on s’y emploie évidemment parce que là, il y avait un déséquilibre sévère. Donc en ce moment, par exemple, on fait comme l’actualité, notamment avec les différentes affaires, plutôt du côté de la majorité ou des républicains en ce moment, on a beaucoup d’invités de ces partis-là qui viennent s’expliquer notamment sur ces faits, mais aussi sur le nouveau gouvernement et la nouvelle politique qui doit être menée.

On poursuit avec l’affaire Damien Abad et en particulier le tout début de l’affaire. Je vous lis un message : "Auditeur assidu de franceinfo, je suis surpris du traitement concernant l’affaire Abad par vos journalistes. Pendant tout le week-end dernier, votre média a repris en boucle les infos de Mediapart sans aucun filtre."

Matthieu Mondoloni, quels ont été vos choix éditoriaux pour traiter ce dossier ?

Déjà, il y a un filtre en permanence. D’ailleurs, on peut retrouver sur franceinfo.fr la charte de franceInfo qui revient sur les informations vérifiées par nos soins que l’on donne ou que l’on ne donne pas. On suit vraiment cette charte.

En ce qui concerne Médiapart, on les a cités tout simplement parce qu’on a vérifié l’information de Médiapart, en l’occurrence, c’est un témoignage de deux femmes qui sont identifiées, et dont nous avons eu nous-mêmes confirmation, puisque nous avons d’ailleurs réussi à joindre l’une d’elles, qui a témoigné sur notre antenne. Donc on a cité Médiapart tout simplement confraternellement, c’est normal, ce sont eux qui sortent l’affaire, et pour nous, c’est important de donner le crédit de cette affaire qui est publiée à Médiapart.

Ce n’est pas du tout un jugement de valeur. Ce n’est pas pour se défausser en disant ce sont leurs informations et pas les nôtres. Ce n’est pas du tout la façon dont on fonctionne. Et d’ailleurs, on a eu un traitement éditorial équilibré de cette affaire puisque nous avons donné la parole à Damien Abad lui même, quand il a tenu sa conférence de presse pour annoncer à l’époque qu’il se maintenait, qu’il était toujours candidat aux législatives, qu’il restait dans le gouvernement.

On a donné la parole à des soutiens de Damien Abad, que ce soit au gouvernement ou au sein de ses anciens partenaires des Républicains. Donc voilà, on a fait notre travail habituel de journaliste en donnant les différents points de vue, les différents regards sur cette affaire.

On en vient à Kilian M’ Bappé avec cette remarque d’un auditeur : "Je suis effaré, écrit-il, que le foot puisse prendre autant de place sur une antenne de service public. La décision d’un footballeur de rester ou pas dans une équipe relève-t-elle d’une information avec laquelle je puisse devenir acteur de quoi que ce soit ? Il est vrai qu’il est moins complexe de faire comprendre le foot que le rapport du Giec qui fera moins d’audience. Pourtant, ce que dit clairement le GIEC, la menace sur la vie de centaines de millions de personnes, cela devrait occuper avec opiniâtreté vos journalistes."

Que vous inspire cette réflexion Mathieu Mondoloni ?

Tout d’abord qu’on en parle beaucoup. On a beaucoup parlé du rapport du GIEC, des différents rapports du GIEC. D’ailleurs, sur notre antenne, si vous l’écoutez en ce moment, on a beaucoup, beaucoup de sujets qui ont trait justement au dérèglement climatique notamment. Mais pas seulement. Parce que vous savez qu’on a une Première ministre désormais, également en charge de la planification écologique, dont c’est un sujet qui devient plus fort, qui a plus d’écho dans la société évidemment, comme nous sommes aussi le porte-voix de la société, de façon générale, on traite ces questions-là.

Pour le foot à proprement parler, je ne vais pas rappeler ce que je vous avais dit cette année Emmanuelle, le nombre de licenciés dans le milieu du football, c’est énormément de monde. N’en déplaise aux gens qui n’aiment pas le foot. Donc il y a beaucoup de gens qui s’y intéressent. Mais surtout le foot, ce n’est pas seulement le foot, ce n’est pas seulement 22 personnes qui jouent au ballon sur une pelouse aujourd’hui. C’est aussi des questions géopolitiques avec le Qatar, dont on sait que c’est le propriétaire du Paris Saint-Germain dont on sait qu’il organise la Coupe du monde cette année au Qatar.

Une Coupe du monde d’ailleurs, où on a aussi parlé des points négatifs, des grandes questions qui se posent autour, notamment des personnes qui ont pu construire les stades. On a fait des sujets là-dessus. Donc on n’a pas un regard dithyrambique sur le football, pas du tout. Ce sont aussi de grandes questions économiques aujourd’hui, le football. Et puis après Kilian M’ Bappé, qu’on l’aime ou qu’on l’aime pas, c’est aujourd’hui un phénomène dans le monde du football. C’est une décision historique,  que de rester en France.

Il a eu le coup de fil de deux présidents de la République, un ancien président de la République, Nicolas Sarkozy, un actuel, Emmanuel Macron, qui l’a appelé pour lui demander de rester. Donc là aussi, il y a des questions qui se posent et des sujets qui sont analysés. Ce n’est pas seulement le regard froid de nos journalistes sur cette question-là. On l’interroge. C’était d’ailleurs le cas de l’édito politique de Renaud Dély qui s’est posé la question. Pourquoi un ancien président et un président actuel appellent un joueur de foot ?

Il y a un point intéressant dans la question de cet auditeur. Il soulève la notion d’audience comme si vous choisissiez vos sujets en fonction de l’audience qu’ils vont faire. Vrai ou faux ?

Non, c’est faux. Tout simplement parce que la mesure d’audience à la radio n’est pas la même qu’à la télévision. La télévision par exemple du jour au lendemain, ils peuvent savoir quelles ont été les audiences d’une soirée diffusée, d’un film ou d’une émission, etc. Nous ce n’est pas notre cas.

A la télé, ils peuvent savoir grâce au box internet aujourd’hui en temps réel, quasiment si un sujet fonctionne ou pas. Ce n’est pas le cas de la radio. En fait, on ne choisit jamais nos sujets en fonction des audiences. Elles sont déjà déclaratives, donc on les a uniquement tous les trois mois. Et c’est sur la base de déclarations d’auditeurs qui sont appelés très régulièrement tout au long de ces trois mois pour savoir quel genre de radio ils écoutent, mais jamais quel type de sujets ils écoutent.

Comment permettre à chacun de mieux s'informer ?

Participez à la consultation initiée dans le cadre du projet européen De facto sur la plateforme Make.org. Franceinfo en est le partenaire

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.