En Inde, la canicule tue, "une crise climatique révélatrice d'inégalités"

écouter

L'Inde et le Pakistan subissent toujours une canicule historique, que des scientifiques lient au réchauffement climatique. Dans cet épisode également, un point sur la guerre en Ukraine, et le phénomène webtoons. 

Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
L'Inde traverse une crise climatique histoirque, liée au réchauffement climatique. (XAVIER GALIANA / AFP)

Quarante-six degrés. C’est la température qu’il a fait dans plusieurs villes d’Inde et du Pakistan, la semaine dernière. Ces chaleurs extrêmes sont liées au réchauffement climatique affirment les scientifiques. Elles ont de lourdes conséquences sur les habitants de ces endroits où le thermomètre frôle les 50 degrés. Alors, comment vit-on concrètement sous cette chaleur et est-ce qu’on peut vraiment mourir de chaud ? On a posé ces questions à Thibault Laconde, président de Callendar une start-up spécialisée dans l’évaluation des risques climatiques.

La réponse est oui : les fortes chaleurs peuvent entraîner la mort. L’expert climat nous explique aussi les autres répercussions sur la population. Parmi elles : les risques d’accidents d’origine électrique, les maladies cardiovasculaires et l'augmentation des inégalités. 

L'appel aux dons du président ukrainien

Il est désormais possible d’aider l’Ukraine en un clic. Le président du pays, Volodymyr Zelensky, lance un appel aux dons dans une vidéo publiée sur Twitter jeudi. Il annonce qu’une plate-forme de financement participative, intitulé United24, a été créée pour l'occasion. "Tous les fonds seront transférés à la banque nation d’Ukraine" précise-t-il. Le "Quart d’Heure" en profite aussi pour faire le point sur cette 71e journée de conflit et les couloirs humanitaires sur le site de l’aciérie d’Azovstal.  

La folie des webtoons 

Tout droit venu de Corée du Sud, le webtoon est une bande dessinée numérique principalement lue sur le portable. Les histoires sont découpées en saisons et en épisodes. Il suffit de faire glisser son doigt sur l’écran pour passer d’un dessin à l’autre. Valentin Paquot, journaliste spécialiste de la BD asiatique, est passé dans le studio du "Quart d’Heure" pour nous raconter comment ce phénomène s’est imposé en France.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.