Cet article date de plus de cinq ans.

Le pitch start-up. Les startups françaises ne manquent pas d’imagination

écouter (5min)

Gros plan sur deux startups de la French Tech qui participaient récemment au CES de Las Vegas.

Article rédigé par
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Maximilien Fournier présente sa semelle connectée Feetme au CES de Las Vegas (JC/RF)

Semelle connectée

La startup Feetme a mis au point une semelle connectée pour le sport. Une fois introduite dans les baskets, cet accessoire insolite contrôle l’activité sportive en temps réel. D’une part, elle aide le sportif amateur à améliorer ses performances, grâce à des conseils basés sur l’analyse de ses mouvements.

D’autre part, et surtout, elle prévient les accidents en détectant de mauvaises positions ou des efforts à risques. La semelle fonctionne à l’aide d’une application dédiée sur smartphone. Elle devrait sortir en juin prochain. Le prix de pré-lancement est d’environ 150 euros. Selon Maximilien Fournier, les objets connectés peuvent réellement venir en aide aux adeptes du sport, amateurs comme professionnels.

Lionel Heymans, de la startup 42tea, présente son "cube connecté" pour le thé (JC/RF)

Accessoire connecté pour le thé

Il existe 1500 variétés de thés et autant de manière de les préparer si l’on veut en tirer le meilleur parti. C’est à partir de ce constat que la startup 42tea a mis au point un étrange petit cube, bardé de capteurs, censé aider les amateurs à préparer le meilleur breuvage. Après identification du type de thé, l’application indique les proportions exactes d’eau à respecter.

Puis, plongé dans la théière, le cube connecté détecte le début de la phase d’infusion. Lorsque le thé est prêt, une notification apparaît sur le smartphone ou la montre connectée. Cette invention insolite a reçu une récompense au CES 2017 de Las Vegas (CES Awards). Déjà présent l’an dernier, Lionel Heymans, le dirigeant, espère commercialiser prochainement son invention.

Le cube connectée iotea a reçu un CES Innovation Award (JC)

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.