Le mot de l'éco, France info

Le mot de l'éco. Que faire de la dette de la SNCF ?

Les syndicats demandent que la dette de la SNCF, 55 milliards d'euros, soit reprise par l'Etat. 

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !
La dette de la SNCF représente plus que le budget de l’Education Nationale.
La dette de la SNCF représente plus que le budget de l’Education Nationale. (Getty Images)

En plein conflit sur la réforme de la SNCF et à la veille d'une nouvelle journée de grève, la question de la dette de la compagnie est désormais sur le devant de la scène. Les syndicats demandent qu’elle soit  reprise par l'Etat. Le gouvernement renvoie cette question à plus tard. Une question qui pèse lourd pourtant : 55 milliards d'euros.   

55 milliards, c'est plus que le budget de l’Education Nationale, le premier budget de l’Etat. Dans le détail, sur ces 55 milliards de dette, 8 milliards sont portés par SNCF Mobilités, la SNCF que l' on connait tous, celle qui fait rouler les trains, des TGV aux Transiliens.

Une dette qui plombe l'avenir de la compagnie

L'essentiel de la dette, 47 milliards, pèse en fait sur SNCF Réseau, (anciennement  RFF, Réseau Ferré de France). C’est  l’entité qui gère et entretient les infrastructures, c’est-à-dire les lignes ferroviaires. C'est cette dette-là qui plombe l'avenir de la compagnie, notamment dans la perspective de l'ouverture à la concurrence.

Et c’est d’ailleurs un des arguments avancé par le gouvernement pour justifier l'urgence de la réforme de la SNCF! Une dette qui a explosé. Une grande part de cette dette de 47 milliards de SNCF Réseau est un héritage, venu de la structure qui l'a précédé, Réseau Ferré de France. Mais cette dette a augmenté de façon exponentielle en quelques années. 15 milliards de plus rien qu'entre 2010 et 2016. Pas en raison du statut des cheminots. Mais essentiellement à cause de la construction de nouvelles lignes à grandes vitesses... décidée par l'Etat.  

Les syndicats de cheminots réclament une reprise par l’Etat. C’est une des revendications des syndicats, mais la direction de la Sncf ne dit pas autre chose. Le gouvernement renvoie le sujet à plus tard et si on s'en tient aux propos du Premier Ministre cette semaine, après des "contreparties" de la SNCF qui "soient claires et transforment le fonctionnement opérationnel de l' entreprise".  

Une question pivot de la réforme

Le message officiel c'est donc que la SNCF se réforme avant d'évoquer la question de la dette. Il faut dire qu'une reprise de la dette par l'Etat pèserait sur les comptes publics, avec le risque de faire repasser le déficit au-delà des 3%. Pourtant, le gouvernement a bien l' intention de transformer la SNCF en société nationale à  capitaux publics. Sauf que si la SNCF n'est plus juridiquement un établissement public mais une société classique, elle ne peut pas supporter la dette actuelle, elle serait en faillite. La question de la dette : question pivot de la réforme. Tôt ou tard, le gouvernement devra préciser ses intentions.   

La dette de la SNCF représente plus que le budget de l’Education Nationale.
La dette de la SNCF représente plus que le budget de l’Education Nationale. (Getty Images)