La BCE va bientôt augmenter ses taux

écouter (95min)

Au sein de l’Union européenne, tous les yeux sont désormais fixés vers cette institution monétaire dirigée par la française Christine Lagarde. Avec cette question, quand la BCE va-t-elle enfin augmenter son taux directeur ?

Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Créée en 1998, la BCE est une institution officielle de l'Union européenne, située à Francfort, en Allemagne. (HANS GEORG ROTH / CORBIS DOCUMENTARY RF / GETTY IMAGES)

Il y a une réunion de la Banque centrale européenne jeudi prochain 9 juin. Christine Lagarde devrait en profiter pour donner un cap, un horizon, un calendrier, voire un ordre de grandeur, mais la hausse des taux ce n’est pas encore pour pour tout de suite, plutôt au mois de juillet, alors que les prix n’en finissent pas de flamber.

Inflation à 8,1% dans la zone euro

L’inflation atteint 8,1% au mois de mai dans la zone euro. Cette moyenne cache des disparités très importantes. Avec une hausse des prix de 20% en Estonie, 5% à Malte, plus de 10 en Grèce et aux Pays-Bas, 8% en Allemagne et 5,8% en France selon l'indicateur des prix harmonisé.

Maintenir l’inflation autour de 2% fait partie de la mission de la BCE. D’autres banques centrales n’ont d'ailleurs pas attendu. Aux États-Unis, la Fed a déjà augmenté ses taux plusieurs fois. Et la Banque centrale d’Angleterre a augmenté son taux directeur à 1%.

Alors pourquoi attendre ? Pour ne pas céder à la panique, car la hausse des prix en Europe n’est pas liée à une surchauffe de la demande comme c’est le cas aux États-Unis. En Europe, l’inflation est étroitement liée à la guerre en Ukraine et la flambée des prix de l’énergie qui en résultent. La BCE ne voulait pas casser dans l’œuf la reprise de l’activité post Covid, une croissance vigoureuse d’après pandémie.

Casser la spirale prix-salaires

L'institution monétaire ne peut pas tergiverser plus longtemps. Parce que l’inflation s’emballe et que les marchés ont anticipé la hausse des taux à venir. Il n’y a qu’à voir la poussée des taux des crédits immobiliers. Et puis il faut à tout prix casser la spirale infernale  prix-salaires. Un peu partout se multiplient des revendications salariales légitimes pour demander des hausses de salaires.

En Allemagne, le puissant syndicat de la métallurgie IG Metall demande une hausse de 8%. La BCE n’a plus d’autre choix que d’augmenter ses taux. En espérant que cette hausse aura les effets escomptés : casser l’inflation sans trop pénaliser pour autant la croissance. Car on l’a vu depuis deux ans, les modèles économiques ne sont viables que sur le papier.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.