"Nutrition" : comment se préparent les sportifs à l'occasion des Jeux olympiques

Les jeux approchent, et nous poursuivons notre série de mots en lien avec l'événement. Aujourd'hui, le chef Thierry Marx évoque la nutrition des athlètes, en cette période de préparation aux compétitions. "Chaque athlète a un programme alimentaire personnalisé" explique-t-il.
Article rédigé par Bernard Thomasson, Thierry Marx
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min
Chaque athlète suit un programme personnalisé, construit par un coach nutritionniste, en fonction de sa morphologie, de ses besoins et de ses envies. (SANDRO DI CARLO DARSA / MAXPPP)

Les Jeux olympiques de Paris 2024 sont bientôt là. Nous les attendons avec impatience, tout comme les athlètes, qui vont y prendre part. Au-delà de la préparation sportive, qui est bien sûr la plus importante, l'aspect alimentaire est une donnée importante, que les sportifs de haut niveau intègrent désormais de manière quasi professionnelle.

Le chef étoilé Thierry Marx, qui s'entraîne lui-même régulièrement à l'Insep, et qui est un compétiteur de haut niveau en judo notamment, parle de cette préparation : "Chaque athlète a un programme alimentaire spécifique, surtout quand il est soumis à une catégorie de poids, comme au judo. Ce programme est établi en fonction de sa morphologie, de ses besoins énergétiques mais aussi de ses envies, et il est très personnalisé.

On ne construit pas de manière identique une alimentation pour un perchiste ou pour un boxeur, même s'ils ont tous besoin de sels minéraux ou de vitamines. Il faut savoir déterminer à quel moment trouver la bonne énergie."

Des coachs nutritionnels

Ces questions n'étaient pas considérées il y a quelques décennies, mais on a vu entrer dans les cercles sportifs les médecins nutritionnistes. L'aspect médical est fondamental, car n'est pas nutritionniste qui veut. Le sportif doit rester performant, ne pas prendre de poids, ne pas se blesser, en raison d'un déficit de certaines vitamines, et continuer à prendre plaisir à manger.

"Il a donc des règles à observer, confirme Thierry Marx. Les personnalités des sportifs sont différentes : les uns ne peuvent pas accéder à tous les produits, les autres sont végétariens, d'autres encore ne consomment pas certaines viandes, etc. Tout doit être équilibré pour un accompagnement de proximité.

Les athlètes me racontent qu'ils ont un coach nutritionnel comme ils ont un coach sportif, capable de mesurer – parfois au microgramme près – le dosage parfait pour chacun. Il faut travailler sur le long terme, sur l'année entière, et pas seulement à la veille d'une compétition."

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.