Le monde est à nous, France info

La guerre des téléphones entre les deux Chine

La planète tourne et vendredi nous posons le doigt à Taipeh, la capitale de Taïwan.

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !
Logo Huawei déformé.
Logo Huawei déformé. (STEFAN WERMUTH / AFP)

Jeudi 14 novembre nous étions à Hong Kong, ce matin nous ne sommes vraiment pas loin, de l’autre côté du détroit, avec une problématique un peu similaire mais sans violence pour le moment. Vous connaissez les téléphones portables Huawei. C’est le deuxième fabricant au monde après Samsung. Ils sont chinois, et c’est un empire technologique au sein de la Chine communiste, un bastion de high-tech et d’innovation. Jeudi, les autorités de Taïwan ont interdit de vente sur le territoire de l’île trois nouveaux modèles de téléphones Huawei. La raison est à la fois simple, et pas si simple. Quand vous achetez ces modèles et que vous les paramétrez, il faut choisir un fuseau horaire. Celui de Taipeh, la capitale taïwanaise, n’existe plus, il faut cliquer sur un fuseau de la Chine continentale. Taïwan y voit une négation de son identité. Et bloque donc ces modèles.  

Huawei conforme à la politique de Pékin

La Chine considère que Taïwan n’existe pas, et que, comme Hong Kong, c’est une entité qui a vocation à revenir dans le giron de Pékin. Le fabricant de téléphone, très proche du pouvoir, ne fait qu’appliquer les ordres. Pour mémoire, Taïwan a été le refuge en 1949 des nationalistes du Kuomintang qui refusaient la République Populaire de Chine. Sur cette île qui s’appelait Formose, ils ont bâti la République chinoise, indépendante du continent. Depuis, c’est le grand flou juridique. Certaines nations reconnaissent Taïwan comme un état indépendant, et il a de fait un statut spécial à l’ONU, mais la Chine communiste met une pression maximum pour aplatir son indépendance, quoi qu’en pensent les 24 millions de Taïwanais. Ils sont en majorité favorable à ne pas devenir des Chinois de Chine. Pékin, à l’inverse de notre histoire de téléphone, fait pression sur tous les groupes de luxe par exemple, pour qu’ils incluent Taïwan dans leur carte de la Chine. Des groupes français ont ainsi failli perdre leurs juteux marchés pour de simples erreurs de nomination. Mais attention, la Chine pèse aujourd’hui pour plus de 30% du marché du luxe. Que pèsent les 24 millions de Taïwanais face au milliard 400 millions de Chinois ? Le régime chinois n’a jamais exclu une intervention militaire.

Logo Huawei déformé.
Logo Huawei déformé. (STEFAN WERMUTH / AFP)