Le monde est à nous, France info

États-Unis : une paire de baskets à 1,8 million de dollars ou la folie des sneakers

Une paire de baskets vendue aux enchères 1,8 million de dollars. Une fièvre mondiale s'est emparée de l'univers des sneakers.

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !
La paire de Nike Air Yeezy 1 montantes, en cuir noir.
La paire de Nike Air Yeezy 1 montantes, en cuir noir. (JEROME FAVRE / EPA / MAXPPP)

Ce sont des Nike Air Yeezy 1 . Adjugées ce lundi 26 avril 1,8 million de dollars (1,5 million d'euros). Pourtant à priori elles n'ont rien d'exceptionnel. Sauf qu'il s'agit d'un prototype - qui n'existe donc qu'en un seul exemplaire - et qu'elles ont été imaginées par l'un des poids-lourds du rap américain : Kanye West, qui les a portées une seule fois, il y a 13 ans, lors des Grammy Awards 2008 - un an avant le lancement officiel de la collection.

e dolla
Voir cette publication sur Instagram

Une publication partagée par Sotheby's (@sothebys)

Les records se pulvérisent les uns après les autres : le précédent, toujours pour une paire d'occasion, c'était 615 000 dollars en 2020 pour des Air Jordan rouges et blanches, portées en 1985 par le basketteur. L'année de leur sortie elles valaient à peu près... 60 dollars.

Plateforme d'investissement

Cette fois, l'heureux acheteur est une plateforme d’investissement spécialisée, Rares, lancée fin mars par un ancien joueur professionnel de football américain. Une plateforme qui achète des paires de collection qu'elle met sur le marché comme on ferait une introduction en bourse. Les particuliers peuvent acheter des actions, posséder des parts, sauf que ça n'est pas sur une entreprise mais des chaussures. Illustration parfaite de cette fièvre qui s'est emparée de l'univers sneakers et qui en fait aujourd'hui des objets de spéculation et de désir comme le sont les oeuvres d'art ou les bijoux.

Le marché des actions est risqué, le marché immobilier gelé : les investisseurs se tournent vers les biens de consommation (malgré le risque de contrefaçon). Car les baskets rares peuvent générer des plus-values colossales, parfois revendues à des milliers d'euros sur des bourses spécialisées créées partout dans le monde, des États-Unis à la Chine. 

Marketing copié sur le secteur du luxe

Il y a dix ans encore on les appelait "baskets", elles servaient à faire du sport, leur revente était un marché de niche. Aujourd'hui ce sont des accessoires de mode, avec leur culture, leurs code, leur langage. Et le marché explose. Les plus prestigieuses se vendent d'occasion dans des ventes aux enchères totalement déraisonnables, mais les modèles neufs (un peu) plus abordables séduisent aussi les particuliers.

A tel point que le secteur s'est transformé en vrai business pour toute une génération de nouveaux collectionneurs qui achètent les sneakers à la minute où elles sortent (voire à la seconde grâce à des bots) et les revendent avec une plus-value de 30, 40 voire 50%.

Séries ultra-limitées

Les marques de sport s'allient avec des rappeurs ou des grands noms du luxe, elles jouent sur la rareté et mettent sur le marché des séries ultra-limitées avec très peu de revendeurs en physique. Quasiment tout se fait en ligne et sur les réseaux sociaux.

Sur la plateforme de revente StockX, qui sert de référence au niveau mondial, le montant global des transactions (même si les vêtements sont aussi inclus) a quasiment doublé en un an, il est passé d'1 milliard de dollars en 2019 à 1,8 milliard l'an dernier : ça vous donne une idée de la progression fulgurante de ce nouveau marché.

Selon les analystes de la société financière Cowen, le marché mondial de la revente de baskets de collection pourrait peser 30 milliards de dollars d’ici 2030. Un marché où tout le monde peut désormais trouver... chaussure à son pied.

La paire de Nike Air Yeezy 1 montantes, en cuir noir.
La paire de Nike Air Yeezy 1 montantes, en cuir noir. (JEROME FAVRE / EPA / MAXPPP)