Cet article date de plus d'un an.

En Allemagne, le marché de l'immobilier de plus en plus tendu

Il est de plus en plus compliqué, outre-Rhin, de trouver une maison ou un appartement. Les logements sont devenus rares et chers.
Article rédigé par franceinfo, Sébastien Baer
Radio France
Publié
Temps de lecture : 2 min
Une vue de Berlin (Allemagne). Photo d'illustration (MANDY RESCHKE / MAXPPP)

Cela ne surprend plus personne, à Berlin, de voir de longues files de gens qui patientent pour visiter un logement proposé à la location. Les annonces ne restent parfois en ligne que quelques minutes avant d’être désactivées. Explication : il manque 700 000 logements en Allemagne et la demande, bien supérieure à l’offre, fait flamber les prix. La hausse a atteint 7,4% au premier trimestre. 1,5 million de ménages consacre plus de la moitié de leur revenu au paiement de leur loyer, sans compter les charges.

À Berlin, où 85% des habitants sont locataires, cette inflation est évidemment un sujet sensible. Autre exemple : Munich, où les loyers ont augmenté de plus de 60% en l’espace de dix ans dans certains quartiers. Les Allemands se tournent donc de plus en plus vers la colocation, et des familles s’installent parfois dans des mobil-homes faute de meilleure solution. 

La tendance est la même pour les achats immobiliers : en dix ans, les prix ont doublé. À Munich, ville la plus chère d’Allemagne, il faut compter presque 10 000 euros en moyenne le mètre carré. De nombreux habitants aimeraient devenir propriétaires mais ils ne sont que 3% à penser qu’ils pourront franchir le pas cette année. On observe quand même des signes de détente sur les prix de vente dans certaines agglomérations, mais c’est parce que la demande diminue. Les taux d’intérêt élevés, entre 3,5 et 4% sur dix ans, bloquent les potentiels acquéreurs, qui se tournent donc vers le marché locatif.

Les constructions insuffisantes

La ministre de la Construction s’était engagée à construire 400 000 logements par an, mais l’objectif n’est pas tenu, la ministre l’a reconnu elle-même. En février, le nombre de permis de construire a chuté pour le 10e mois consécutif. En cause, les coûts élevés des matériaux de construction : + 17% sur un an. Au mieux, 250 000 logements verront le jour cette année. Le secteur du bâtiment demande au gouvernement de débloquer 50 milliards d’euros pour soutenir la filière.

Les cabinets spécialisés ne voient pas de remède miracle à cette surchauffe des loyers. Il faudrait certes plus de logements, mais aussi inciter les gens à s’installer en zone rurale, pour limiter l’afflux vers les centres urbains. Mais ce n’est pas si simple : les liaisons ferroviaires sont parfois aléatoires, le réseau internet erratique et il peut être compliqué de trouver une école à proximité pour les enfants.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.