Le monde est à nous, France info

Covid-19 : la France n'est pas seule en Europe à durcir ses mesures sanitaires

Emmanuel Macron a annoncé mercredi la fermeture des écoles pour trois semaines dans tout le pays, ainsi que des commerces non essentiels. Où en est l’épidémie chez nos voisins européens ?

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !
Un policier espagnol contrôle les tests PCR des automobilistes à la frontière franco-espagnole au Perthus (Pyrénées-Orientales) le 30 mars 2021
Un policier espagnol contrôle les tests PCR des automobilistes à la frontière franco-espagnole au Perthus (Pyrénées-Orientales) le 30 mars 2021 (RAYMOND ROIG / AFP)

La France veut éviter de perdre le contrôle de l’épidémie. Mercredi soir, Emmanuel Macron a annoncé une série de mesures pour tenter d’endiguer la troisième vague. Ce n’est pas le seul pays à prendre de nouvelles restrictions. Tour d'horizon des mesures prises chez nos voisins européens.

L'Espagne renforce aussi ses restrictions

Le pays se prépare à l'une des fêtes religieuses les plus populaires : la Semaine sainte. Pour éviter des regroupements trop importants des familles, le gouvernement a interdit aux Espagnols de voyager dans une autre région jusqu'au 9 avril. Depuis cette semaine, deux nouvelles mesures : le port du masque obligatoire dans toute l'Espagne, y compris en extérieur - ce n'était pas encore le cas-, et un test PCR négatif de moins de 72 heures si vous entrez dans le pays par la frontière terrestre. Une manœuvre pour empêcher les fêtards français d'aller faire la fête de l'autre côté des Pyrénées, où les bars et restaurants sont toujours ouverts. En Espagne, le nombre de cas est en augmentation depuis peu. Près de 5 000 cas mardi.

La situation sanitaire s’aggrave aussi en Belgique

4 000 cas supplémentaires sur la seule journée de mardi. Le pays a fermé ses écoles, sauf les maternelles de Flandres. Depuis la semaine dernière, les métiers dits "de contact" : coiffeur, esthéticienne sont fermés. Le gouvernement a appelé cette semaine les hôpitaux à réserver 60% de leurs lits de soins intensifs aux malades du Covid-19. 

En Allemagne et en Italie, tout dépend des régions

En Allemagne, la chancelière Angela Merkel aimerait généraliser les tests, mais la décision ne lui revient pas. D'ailleurs elle la bien vu la semaine dernière. Elle a essayé d'imposer un confinement de cinq jours pour Pâques, pour éviter notamment que les Allemands ne voyagent et prennent des vacances entre régions. Tollé. Critiques de toutes parts : la population, les commerçants, les politiques. Machine arrière. Finalement les Länder décideront. Depuis hier, Berlin tente d’ailleurs une expérience : les tests obligatoires pour entrer dans les magasins sauf les "services de base" comme les supermarchés, les drogueries et les pharmacies. La Sarre, elle, pense à rouvrir ses terrasses et lieux culturels la semaine prochaine.

En Italie, les écoles devraient rouvrir après les vacances de Pâques. Désormais le personnel soignant est obligé de se faire vacciner, sous peine de sanctions. Les bars et les restos sont fermés et il faut désormais observer une quarantaine de cinq jours si on veut aller en Italie. Lors de son allocution, Emmanuel Macron a expliqué que l’Italie en était à son "quatrième reconfinement", ce qui est n’est pas totalement vrai. Au niveau national, il n’y en a eu que deux, explique le correspondant de Radio France en Italie : entre mars et mai 2020 et 15 jours à Noël. On peut aussi compter les trois jours de mesures de Pâques, mais tout dépend des régions : certaines sont plus confinées que d’autres.

Le Royaume-Uni déconfine

C’est surtout le Royaume-Uni qui est dans la phase de retour à la liberté. Les restrictions imposées en janvier sont partiellement levées en Angleterre et au Pays de Galle. Ce sera le cas aujourd'hui en Irlande du Nord et demain en Ecosse.

Les écoles rouvrent au Pays de Galles. À partir du 12 avril, les terrasses et les restos vont pouvoir accueillir des clients. Les commerces non essentiels aussi. Et cela fait très plaisir au Premier ministre Boris Johnson : "Je vais enfin pouvoir aller chez le coiffeur et boire une pinte de bière au pub."

La Grèce attend les touristes

La Grèce attend avec impatience de rouvrir le pays aux touristes, ce sera normalement le cas le 14 mai. Dans l’intervalle, le pays innove et invente les "vacances gratuites". Ce mois-ci, un groupe de Néerlandais se verra offrir un séjour-test de deux semaines à Rhodes. Ils devront se soumettre à des tests au départ et au retour. Une fois en Grèce, interdiction de sortir de leur hôtel et de visiter. Ils doivent rester au bord de la piscine et profiter du buffet. S’ils sont testés positifs, c’est l’agence qui organise le séjour qui prendra tout en charge.

La Grèce a répertorié 76 décès du Covid-19 et plus de 3 600 nouvelles contaminations ces dernières 24 heures. Au total, le pays a enregistré plus de 260 000 cas de Covid-19 et 8 093 décès depuis le début de la pandémie. Plus de 700 personnes se trouvent actuellement en soins intensifs.

Un policier espagnol contrôle les tests PCR des automobilistes à la frontière franco-espagnole au Perthus (Pyrénées-Orientales) le 30 mars 2021
Un policier espagnol contrôle les tests PCR des automobilistes à la frontière franco-espagnole au Perthus (Pyrénées-Orientales) le 30 mars 2021 (RAYMOND ROIG / AFP)