Covid-19 : aucun décès enregistré à Londres dimanche, le pays se déconfine lentement

Au Royaume-Uni, le nombre de morts liés au Covid baisse alors que le pays déconfine très progressivement.

Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min.
Le Premier ministre britannique Boris Johnson lors de sa vaccination contre le Covid-19, à Londres (Royaume-Uni) le 19 mars 2021 (FRANK AUGSTEIN / POOL)

La ville de Londres n'a enregistré aucun mort du Covid-19 ce dimanche 28 mars. Un chiffre symbolique, mais qui dit bien que le Royaume-Uni est sur la pente descendante, à l’opposé de ce qui se passe en France.

Une baisse drastique du nombre de morts

En janvier, on comptait plus de 1 000 morts du Covid-19 en moyenne chaque jour au Royaume-Uni. La semaine dernière ce chiffre a drastiquement baissé jusqu'à atteindre 17 morts par jour, un record depuis septembre. Actuellement, 350 malades arrivent dans les hôpitaux quotidiennement, alors que mi-janvier, les services de santé croulaient sous plus de 4 500 cas en une journée.

Le confinement est en vigueur depuis bientôt trois mois et ne se desserre que très progressivement. Depuis ce lundi en Angleterre, les sports de plein air, comme le golf et le tennis, sont autorisés et il est possible de se retrouver à six maximum à l’extérieur. Fin décembre, la France avait fermé sa frontière de peur du variant anglais. Aujourd’hui à l'inverse, certains Britanniques demandent l’interdiction des voyageurs arrivant de France. Le gouvernement s’y refuse, trop de marchandises indispensables transitant par la France.

Plus de 30 millions de Britanniques ont reçu une première dose 

Le déconfinement s’accompagne d’une campagne de vaccination qui marche bien. Plus de 30 millions de Britanniques ont reçu au moins une dose. Mais la stratégie va un peu changer. "Le mois d’avril sera le mois de la deuxième dose", selon les propres mots de Boris Johnson.

Le pays s’accorde jusqu’à 12 semaines entre les deux doses. Les premières injections ont été massives depuis janvier. Les vaccinés de janvier doivent recevoir leur deuxième piqûre en priorité pour un vaccin complet. Actuellement, ils sont déjà plus de 3,6 millions dans ce cas.

Des doses retenues par l'Inde

Le bémol, c’est une usine indienne qui fournit les Britanniques en AstraZeneca. Elle ne livrera pas les cinq millions de doses qui étaient attendues ces jours-ci, la priorité allant à l’Inde. Et aucune nouvelle date de livraison au Royaume-Uni n’a encore été fixée. L’un des responsables de la campagne de vaccination résumait la situation ainsi : "On va passer de 'extrêmement rapide' à 'un peu moins rapide'."

Mais ce lundi soir, Boris Johnson a sorti un nouvel atout : Novavax. 50 à 60 millions de doses de ce vaccin américain vont être produites au Royaume-Uni et aucune exportation n’est prévue tant que tous les adultes n’auront pas reçu au moins une dose. Ce qui devrait être fait d’ici fin juillet au plus tard, selon le calendrier du gouvernement.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Vaccin contre le Covid-19

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.