"Jeux de pouvoir" : Mathieu Gallet revient sur son parcours et sur "la" rumeur

écouter (5min)

Mathieu Gallet, ancien PDG de l'INA et de Radio France, publie "Jeux de pouvoir" aux éditions Bouquins, dans lequel il raconte son parcours, son ascension et sa chute.

Article rédigé par
Elodie Suigo - franceinfo
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 5 min.
Mathieu Gallet à Paris le 5 mai 2022 (ARNAUD DUMONTIER / MAXPPP)

Après des débuts dans le secteur privé, Mathieu Gallet a travaillé en tant que conseiller technique pour l'audiovisuel et les médias au ministère de la Culture et de la Communication auprès de Christine Albanel, puis auprès de Frédéric Mitterrand, qui l'a nommé directeur de cabinet en 2010. À 33 ans, il est devenu président-directeur général de l'INA, l'Institut national de l'audiovisuel. Quatre ans plus tard, nouvelle casquette, il devient président de Radio France. En 2018, il est condamné en première instance pour favoritisme dans une affaire d'attribution de marché lors de son mandat. Il a été, de fait, démis de ses fonctions à Radio France par le CSA. La cour d'appel de Paris l'a relaxé partiellement en 2021 et l'a condamné à payer une amende. Il publie Jeux de pouvoir aux éditions Bouquins.

franceinfo : Dans ce livre, vous revenez sur cette fameuse rumeur destructrice qui a, sans doute, été à l'origine de votre chute professionnelle. Une rumeur de relations intimes avec Emmanuel Macron qui, à l'époque, n'était pas encore président de la République. Pourquoi avoir attendu aussi longtemps pour vous exprimer sur ce sujet ? 

Mathieu Gallet : Je voulais apporter un triple témoignage à travers ce livre. Un témoignage sur un parcours de vie, je n'ai fait ni l'ENA ni Polytechnique et je suis arrivé jeune à des fonctions importantes dans des entreprises publiques. Je voulais, évidemment, apporter mon témoignage sur le travail qu'on a fait à Radio France avec mes équipes, un travail qui a permis de déployer les antennes de Radio France largement sur le numérique et de connaître des succès d'audience aujourd'hui qui sont solides. Et aussi un témoignage sur les mœurs politico-médiatiques. J'étais dans ce monde-là et j'ai été confronté à ces mœurs-là, à la fois dans mon expérience en cabinet ministériel, mais aussi, ici, à Radio France, avec toutes les tensions avec l'actionnaire à l'époque, qui était la ministre de la Culture.

On a l'impression d'ailleurs qu'avec ses désillusions, vous avez grandi très vite.

Je pense que toutes les expériences sont bonnes à vivre, même les mauvaises, et j'en ai eu de très bonnes dans cette maison, je les raconte et j'en ai eu des difficiles, notamment ce départ.

"Il y a un sentiment de gâchis et d'inachevé quand je quitte Radio France il y a maintenant quatre ans."

Mathieu Gallet

à franceinfo

Je pars pour des raisons qui sont extérieures à Radio France. Et c'est ce que je dis dans ce livre, ce qui me fait le plus mal, c'est de quitter cette équipe. 

Ce que vous avez vécu ici a changé votre regard sur l'avenir, sur vos ambitions, vos envies ?

Ça n'a pas changé mon regard parce que j'avais déjà été bien formé au ministère de la Culture. J'ai vu à quel point l'exposition médiatique était un paramètre qui vous compliquait la vie. Effectivement, là, je l'ai pris de plein fouet, notamment en 2015 à Radio France avec cette grande grève. Mais ce qu'il en ressort, c'est que quand vous avez des idées claires, une vision, il faut tenir le cap et il faut savoir bien s'entourer. Il faut savoir écouter, mais il faut savoir aussi être sûr de sa vision, de ses convictions et tracer sa route.

Dans cet ouvrage, vous égratignez des gens. Vous assumez d'ailleurs pleinement. Ça a été difficile d'ailleurs de vous dire : "Ça, je le dis, ça, je ne le dis pas" ou c'est venu naturellement au bout de quatre ans ?

C'est venu assez naturellement parce que justement, il y a eu le temps. Ce n'est pas un livre que j'ai écrit en sortant, ce n'est pas un livre fait de rancœur. Il reste plutôt les beaux souvenirs. Après, je retrace effectivement l'attitude d'un certain nombre de protagonistes sans les enfoncer, mais en disant tout simplement, qui ils ont été, comment ils se sont comportés parce qu'il ne faut pas avoir de naïveté non plus et qu'il faut savoir se prémunir.

Je voudrais qu'on aborde cette rumeur. C'est vrai qu'on s'est demandé pendant très longtemps pourquoi vous ne l'aviez pas démentie. Vous citez des choses très importantes, notamment, vous racontez un message vocal d'Emmanuel Macron qui parle de "nous". Ce "nous", vous ne le comprenez pas.

Je n'ai pas voulu apporter de témoignage à l'époque, parce que la cible, c'était Emmanuel Macron, soyons clairs, moi, je n'étais que l'objet pour le bloquer dans cette ascension politique. Finalement, j'apporte ma contribution, quatre ans après, en disant que cette rumeur n'est basée sur rien parce qu'on n'est pas des amis, on est des connaissances professionnelles, rien de plus et que ce sont les gens qui ont fini par y croire et ont voulu y croire. 

"C'est très dur de tordre le cou à un bruit. Il y a toujours des gens qui disent : "Mais il n'y a pas de fumée sans feu". Là, il n'y avait pas de feu du tout." 

Mathieu Gallet

à franceinfo

C'est votre mère qui vous encourage, d'ailleurs, à écrire, elle vous pousse, elle vous menace en vous disant : "Si tu ne le fais pas, c'est moi qui vais le faire". Vous avez réussi à canaliser cette colère, cette vraie déception d'avoir été limogé. 

Sentiment de gâchis, tristesse. Même quand vous êtes un grand patron d'entreprise, comme c'était mon cas ici, on n'en reste pas moins un homme avec ses moments de doute, les moments où on se sent plus vulnérable et les moments où on repart sur son cheval parce qu'on sait qu'on est bien entouré. 

Ce livre vous a soulagé, fait du bien ?

Il me fait plaisir par rapport aux retours que j'ai, aujourd'hui, des lecteurs et des lectrices parce qu'on me dit que c'est un livre, sincère, authentique et c'est exactement ce que je ce que je voulais. Vraiment, c'est un livre que j'ai écrit avec du cœur, avec de la mémoire, avec de l'humour aussi parce que j'avais envie que les gens passent un bon moment en le lisant.

Comment permettre à chacun de mieux s'informer ?

Participez à la consultation initiée dans le cadre du projet européen De facto sur la plateforme Make.org. Franceinfo en est le partenaire

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.