Le monde d'Elodie, France info

Jeanne Mas : "Je vivais sur des bouts de canapé dans des appartements à vendre"

Tous les jours, une personnalité s'invite dans le monde d'Élodie Suigo et se confie. Aujourd'hui, la chanteuse Jeanne Mas.

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !
Jeanne Mas à Paris le 25 juin 2016
Jeanne Mas à Paris le 25 juin 2016 (OLIVIER CORSAN / MAXPPP)

Ses titres sont mondialement connus, son histoire l'est moins, la chanteuse Jeanne Mas publie son autobiographie Réminiscences aux éditions Flammarion. "Je n'ai jamais voulu écrire de livre sur moi, sur ma carrière, je trouvais ça inutile, et puis j'ai réalisé que les gens avaient peut-être envie de savoir ce qu'il se passe derrière les coulisses, que derrière le succès il y avait aussi une femme. C'était aussi expliquer certaines choses, qu'on arrête de dire n'importe quoi."

La musique est ancrée en elle. "Cela a toujours été ma thérapie. Le jour où j'ai découvert que je pouvais faire ça comme métier, ça a été une révélation pour moi, et depuis c'est ce qui me maintient en vie. Si je n'avais pas la musique, les fans qui me stimulent, cette affection du public, peut-être que je ne serais même plus de ce monde."

Je ne dois rien à mes parents. Tout ce que j'ai pu créer dans ma vie, je ne le dois qu'à moi-même.

Jeanne Mas

à franceinfo

Un départ en Italie pour se construire

A 19 ans, elle décide de partir pour prendre son indépendance et tenter sa chance en Italie. "Je suis partie sur un coup de tête quand j'ai vu qu'en France il fallait coucher pour réussir. Ça n'a pas été simple parce qu'évidemment je n'étais pas italienne, il a fallu que je me débrouille. J'ai commencé à vivre dans un couvent, où on m'a hébergée pendant une semaine. Puis petit à petit, on rencontre des gens, et les Italiens sont très généreux. Je vivais sur des bouts de canapé dans des appartements à vendre... C'est vrai que j'étais un peu perturbée au début, il y a un moment où je me suis dit que tout ça ne servait à rien. Mais comme j'ai un tempérament très positif, je me suis relevée et j'ai continué. J'ai aussi eu la chance de rencontrer des gens qui m'ont aidée jusqu'à ce que je gagne mes premiers sous."

Après ses années de galères, Jeanne Mas revient en France et écrit Toute première fois, qui connaît un énorme succès. Le résultat, c'est qu'elle finit par travailler avec quelqu'un qu'elle admire : Daniel Balavoine. "Quand je l'ai découvert, c'était avec Dieu que l'amour est triste, je me disais 'Mais c'est qui ce mec qui chante ça ?', et en même temps j'ai commencé à admirer sans trop le savoir, parce qu'il avait le courage de dire ça, c'est quelqu'un qui ose. Quand on m'a demandé si je voulais travailler avec quelqu'un, j'ai tout de suite pensé à lui."

Il m'a énormément apporté. C'était l'étincelle dont j'avais besoin pour me rassurer, pour exister en tant qu'artiste, pour m'épanouir. Je n'avais pas confiance en moi parce que j'ai mis du temps à réussir, on finit par se dire qu'on n'est pas bon. Alors quand quelqu'un comme Balavoine voit quelque chose en moi, ça m'a soulagée.

Jeanne Mas

à franceinfo

Depuis, Jeanne Mas a enfin trouvé son public et son succès, et son autobiographie Réminiscences est sortie le 15 mai aux éditions Flammarion.

Jeanne Mas à Paris le 25 juin 2016
Jeanne Mas à Paris le 25 juin 2016 (OLIVIER CORSAN / MAXPPP)