Musique : "Un être humain est rempli de doutes et de contrastes", confie le chanteur Adam Naas à la sortie de son nouvel album "Goldie and the kiss of Andromeda"

écouter (273min)
Tous les jours, une personnalité s'invite dans le monde d'Élodie Suigo. Aujourd’hui, le chanteur Adam Naas. Son nouvel album, "Goldie and the kiss of Andromeda", est sorti le 20 janvier 2023.
Article rédigé par
Elodie Suigo - franceinfo
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 5 min.
Le chanteur Adam Naas aux Francofolies de La Rochelle le 12 juillet 2018 (XAVIER LEOTY / AFP)

Le chanteur Adam Naas a été révélé en 2016 avec son titre Fading Away, un subtil mélange de soul, de RnB et de blues. Sa voix chaude n'est pas sans rappeler celle de l'artiste (même si ça l'énerve profondément) Prince. Parce qu'il est incarné, habité, engagé comme possédé par moments. Il semble avoir vécu 1 000 vies. Adam Naas est de retour avec un nouvel album qui raconte l'amour, la mort, l'espoir. Il s'intitule Goldie and the kiss of Andromeda.

franceinfo : Goldie, c'est votre alter ego. On a l'impression justement que vous avez ce besoin intrinsèque de le faire vivre et de lui apporter de l'oxygène que vous récupérez après.

Adam Naas : C'est vraiment ça. En fait, Goldie, c'est un peu l'alter ego, en tout cas cette lumière que j'avais déjà en moi quand j'étais petit, que j'avais vraiment oubliée au fil des années. Et du coup, cet album représente un peu cette connexion, ce lien que j'essaie un peu de recréer avec cette personne que j'étais à l'époque et qui me faisait vachement rire et qui me faisait beaucoup de bien.

Vous avez commencé par la chorale. On comprend donc davantage pourquoi il y a cette tessiture de voix, ce côté très enrobé. Il y a un côté gospel, une âme dans ce que vous interprétez. À quel moment vous avez compris que ça allait basculer ?

Si je dois être tout à fait honnête, j'ai toujours senti que j'étais destiné à quelque chose de particulier. Quand est-ce que j'ai compris que c'est avec la musique ? Je pense que ça s'est passé quand j'étais à la chorale avec ma professeure de musique qui m'a clairement dit que j'avais un don. Et c'est la première fois que je me suis vraiment rendu compte qu'il y avait quelque chose qui me faisait plaisir à faire.

"Chanter, c'était vraiment quelque chose qui me rendait heureux. C'était aussi génial que de jouer aux jeux vidéo et à l'époque, c'est dire ! 'Mario Kart', c'était quand même incroyable dans ma vie !"

Adam Naas

à franceinfo

On a l'impression que vous avez vécu mille vies comme si vous étiez une vieille âme. C'est ce qu'on dit d'ailleurs de ceux qui ont vécu. Vous le ressentez ?

Oui. Je ne sais pas comment l'expliquer, mais je dirais que déjà, dans cette vie, j'ai déjà vécu beaucoup de choses. L'enfance n'a pas toujours été facile. Je pense qu'il y a beaucoup de choses aussi qui viennent de ces années-là, qui sont un peu des années obscures. Et mon objectif, c'est justement d'utiliser un peu de ce qui s'est passé à cette époque-là, et oui peut-être la vie antérieure, je n'en sais rien si ça existe, mais moi, j'aime bien y croire. Pourquoi pas ? Allons-y ! Un être humain est rempli de doutes et de contrastes et ceux-ci sont aussi amenés par toutes les choses vécues dans la vie et peut-être par la vie antérieure. On n'en sait rien, mais bon.

Vous gardez quoi votre enfance ? Parce qu'effectivement, elle a été difficile. Vous avez manqué d'amour. Père absent. Ce que vous gardez de lui, c'est ce nom, Naas qui veut dire dinandier.

Exactement. Du père oui, mais en tout cas de ma mère, ça pour le coup, j'ai reçu beaucoup d'amour. Je garde quoi de mon enfance ? J'en garde quelque chose de fort et de puissant dans lequel je peux puiser constamment, en fait. C'est comme une espèce de puits sans fond. Et la dernière fois, je me souviens, je vais chez ma mère et elle me montre une photo de mon frère et moi, quand on était plus jeunes, prise dans un photomaton. Et là, je me mets à pleurer, mais sans savoir pourquoi je n'arrivais pas à lui dire exactement. Et le lendemain, je l'appelle en disant : mais en fait, j'étais heureux quand j'étais gamin. On n'a pas eu une vie facile, mais j'étais si heureux ! Et du coup, je pense que c'est ça que j'essaie de retrouver. C'est cette joie qui même si autour de soi, tout est vraiment noir et compliqué. En fait, la vie pour l'instant, me fait vraiment plaisir, elle me gâte un peu donc autant en profiter.


Goldie, c'est votre alter ego. J'ai l'impression que c'est ce qui vous a permis d'avoir davantage confiance en vous, de vous protéger aussi ! Cette protection est nécessaire pour garder ce jardin secret, pour pouvoir justement limiter l'impact des émotions que vous livrez ?

Oui, je pense. Et puis aussi, préserver cette part de mystère. Je pense que la vulnérabilité est importante.

"C'est magnifique de savoir trouver les mots et de les poser sur ses émotions. De pouvoir en parler, c'est somptueux. Mais garder une part de mystère, c'est quand même quelque chose de vital."

Adam Naas

à franceinfo

Un mot sur la chanson Between the Lilies and the vine. Cette chanson est très particulière.

Eh bien, c'est une de mes chansons préférées dans cet album, dans le sens où c'était un peu la première fois que j'écrivais les paroles avant d'écrire la musique. Quand j'ai écrit les paroles de cette chanson, c'était plus d'un point de vue poésie. Je me suis dit que j'allais un peu la lire et en faire des illustrations etc. Je ne la considérais pas du tout comme une chanson et cette chanson pour moi parle un peu justement de cette espèce de symbiose entre ce que peut-être le bien - le mal, la masculinité - la féminité, le dur - le fragile. En grandissant, je me rends compte que toutes ces balances-là, c'est ce qui constitue un humain de manière générale. La sagesse et le bonheur existent dans tous ses contrastes. De se dire qu'on est du féminin, on est du masculin, on est de la dureté, on est de la vulnérabilité, on est toutes ces choses qui s'opposent en fait finalement.

Pour terminer, la scène représente quoi pour vous, ce rapport avec le public ?

J'attends cela avec grande impatience. Ce que j'attends aussi plus que tout avec cet album, c'est de pouvoir le défendre sur scène et de pouvoir tourner et puis voir un peu ce qui se passe ! Et puis m'amuser surtout parce que la scène, c'est tout. Moi, j'adore.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.