Cet article date de plus de six ans.

Tahar Ben Jelloun : "Le mariage de plaisir"

écouter (3min)
Dans l’Islam, pour ne pas détruire leur couple, les hommes peuvent contracter un mariage de plaisir. Tout se gâte quand ils tombent amoureux de leur éphémère seconde épouse et surtout quand celle-ci est noire. C’est cette histoire que raconte dans son nouveau roman le célèbre écrivain Tahar Ben Jelloun. Un regard inédit sur le Maroc où se mêlent l'esclavage et le racisme.
Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Franceinfo (Franceinfo)

Dans l’islam, il est permis à un homme qui part en voyage de contracter un mariage à durée déterminée pour ne pas être tenté de fréquenter les prostituées. On le nomme "mariage de plaisir".

C’est dans ces conditions qu’Amir, un commerçant prospère de Fès, épouse temporairement Nabou, une Peule de Dakar, où il vient s’approvisionner chaque année en marchandises. Mais voilà qu’Amir se découvre amoureux de Nabou et lui propose de la ramener à Fès avec lui. Nabou accepte, devient sa seconde épouse et donne bientôt naissance à des jumeaux. L’un blanc, l’autre noir. Elle doit affronter dès lors la terrible jalousie de la première épouse blanche et le racisme quotidien.

Quelques décennies après, les jumeaux, devenus adultes, ont suivi des chemins très différents. Le Blanc est parfaitement intégré. Le Noir vit beaucoup moins bien sa condition et ne parvient pas à offrir à son fils Salim un meilleur horizon. Salim sera bientôt, à son tour, victime de sa couleur de peau.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.