Cet article date de plus de cinq ans.

Le livre du jour. "Et si les Beatles n'étaient jamais allés sur la lune ?" d'Erik Ornakin

écouter (2min)

Et si les Beatles étaient des escrocs ? C'est le point de départ du dernier polar d'Erik Ornakin, une enquête policière loufoque publiée aux éditions du Léopard Masqué.

Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
L'écrivain français Erik Ornakin, auteur de "Et si les Beatles n'étaient jamais allés sur la lune ?" ed. Le Léopard Masqué.
 (ANNE AMOUROUX)

Les Anglais ont une tradition de comédies saugrenues, délirantes et drôles. Un savoir-faire dont l'écrivain français Erik Ornakin s'est inspiré pour son dernier polar. Et si les Beatles n'étaient jamais allés sur la lune ? est une enquête surréaliste, pleine d'humour et de rebondissements.

"Tout commence avec l'histoire d'un chasseur de nazis qui part au Brésil et qui découvre, dans la tombe du dernier nazi, un journal"  détaille Erik Ornakin. Ce document va conduire le personnage jusqu'à un coffre fort, enterré en Suisse par les nazis. À l'intérieur, deux toiles de maîtres disparues pendant la guerre et un recueil de partitions contenant 28 chansons des Beatles.

Un ouvrage loufoque 

Comment des partitions enfermées dans un coffre depuis 1945 peuvent-elles se retrouver, vingt ans plus tard, dans le répertoire des quatre garçons dans le vent ? Et si les Beatles n'avaient pas écrit leurs chansons ? Un flic cocu et une musicologue altermondialiste se joignent au chasseur de nazis pour mener l'enquête.

Cet ouvrage loufoque est aussi une réflexion sur la musique et la peinture. "C'est grâce à une lecture que j'ai faite de Glenn Gould, le pianiste canadien célèbre pour ses interprétations de Bach, souligne Erik Ornakin. Il détestait les Beatles et en a fait des articles entiers, et cela m'a donné l'idée d'égrener mon livre de toute une réflexion sur la musique, par le biais des Beatles. Sont-ils les génies qu'on proclame, ou sont-ils des escrocs?"

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.