Cet article date de plus de quatre ans.

Le journal des Outre-mers. Bientôt l'heure du choix en Nouvelle-Calédonie

écouter (5min)

A un an du referendum sur l’indépendance du Territoire, la Nouvelle-Calédonie est divisée. Certains craignent une remontée des tensions.

Article rédigé par
Tatiana Geiselmann - franceinfo
Radio France
Publié
Temps de lecture : 1 min.
Le centre culturel Tjibaou, à Nouméa en Nouvelle-Calédonie. (GETTY IMAGES)

La crainte de nouvelles tensions

Trente ans après les accords de Matignon et vingt ans après celui de Nouméa, c’est en novembre 2018 au plus tard que le référendum d’auto-détermination doit être organisé en Nouvelle-Calédonie. Les autorités craignent un regain de tensions à l’approche de l’élection. Le week-end dernier, une famille a été caillassée à hauteur de la tribu de Saint-Laurent dans la commune du grand Nouméa.
Une des victimes témoigne au micro Nouvelle-Calédonie 1ère de Brigitte Wap.
Des violences qui rappellent aussi celles qui ont éclaté en début d’années sur le territoire de la tribu St Louis.

Un hélico contre l'orpaillage illégal en Guyane

On quitte les tribus Kanakes pour se diriger vers l’Amazonie.
Pendant quatre jours, un hélicoptère a survolé la partie guyanaise de la forêt amazonienne pour permettre aux agents des forêts de repérer les sites d’orpaillage illégaux. Un record absolu a été atteint. 177 sites. Une hausse alarmante, puisque lors du dernier contrôle, en mars, les agents avaient repérés 99 sites aurifères illicites, soit presque 2 fois moins.

A la Réunion, l'école a déjà repris

A la Réunion, les élèves ont déjà rejoint les bancs de l’école depuis plus de 2 semaines.Ou plutôt les "benches" de l’école. Car à Saint Gilles, à l’Ouest de l’île, une école maternelle un peu particulière vient d’ouvrir : on n’y parle qu’anglais.
Un reportage d’Hubert Debeux pour Réunion 1ère.
Le bilinguisme de ces petits Réunionnais a cependant un coût : 580 euros par élève par mois.

Les tambours de Cayenne

Avant de se replonger dans les cahiers, direction la Guyane, où les dernières notes des vacances résonnent encore. Durant tout l’été, l’office de tourisme de Cayenne proposait des cours de tambour, en partenariat avec l’école de percussion Tambous levés. Kylian Saybou a assisté à la dernière session de cours pour Guyane 1ère.
Une culture et des rythmes issus d’un métissage entre les Amérindiens, les Créoles et les Bushinenges, les descendants d’esclaves venus du Surinam voisin.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.