Le journal de l'éco, France info

Alstom s'envole à la bourse de Paris

L'action du groupe français, connu notamment pour la fabrication des TGV, a clôturé en hausse de plus de 10% en fin de journée.

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !
Franceinfo
Franceinfo (Franceinfo)

Et ce, malgré le démenti apporté par la direction aux
différentes informations de presse. Selon l'agence Bloomberg, l'américain
General Electric serait prêt à débourser 13 milliards de dollars pour s'emparer
du fleuron industriel français. Quant au Figaro, il croit savoir que seule la
branche énergie d'Alstom serait soumise à une offre publique d'achat. La seule
certitude c'est que le groupe Alstom, qui emploie 93.000 personnes dans le
monde (dont 18.000 en France), connait des difficultés. Pour Général
Electric, ce serait une proie facile estime Christopher Dembik, analyste
financier chez Saxo Bank.

Alstom a réalisé un chiffre d'affaire de 20
milliards d'euros l'an dernier.

Antoine Frérot
reste à la tête de Véolia environnement

La tentative de
putsch à son encontre n'a donc pas abouti. Antoine Frérot, PDG du numéro mondial de l'eau et du traitement
des déchets, a donc été reconduit pour un nouveau mandat. Les actionnaires de
Veolia environnement ont voté à 92% en faveur de son renouvellement.

Les actionnaires de
Vivendi bientôt récompensés.

Ils vont pleinement
profiter de la vente de l'opérateur SFR à Numéricable. Le groupe Vivendi
annonce en effet qu'il va verser à ses actionnaires 3,5 milliards d'euros sous forme de
dividendes ou de rachat d'actions après la cession de sa filiale. L'opération doit
rapporter  13,5 milliards d'euros à
Vivendi.

64% des français ne
font pas confiance à Manuel Valls pour améliorer leur pouvoir d'achat.

C'est ce qui
ressort de notre baromètre mensuel Viavoice réalisé pour France Info et les
Echos. Ce sondage a été réalisé après l'annonce du pacte de solidarité en
faveur du pouvoir d'achat. Mais 72% des personnes interrogées estiment que la
mesure phare de ce plan est avant tout symbolique. Il s'agit de la baisse des
cotisations salariales sur les salaires proches du SMIC. D'après le Premier
ministre, cet allégement va représenter 500 euros par an de salaire net
supplémentaire. Dès le 1er janvier 2015. Mais est ce vraiment possible? Les 1
million 300 mille smicards concernés vont-ils trouver 500 euros de plus dans
leur porte monnaie l'an prochain? Pas sûr répond Vincent
Drezet, secrétaire général du syndicat Solidaires Finances Publiques.

Et pendant ce
temps, le gouvernement tente de déminer le terrain auprès des députés
socialistes qui menacent de ne pas voter le plan d'économies de 50 milliards
d'euros. Concernant le gel du point d'indice des fonctionnaires, le Premier
ministre laisse entendre que la situation pourrait évoluer après 2015, si la
croissance économique est au rendez vous. Quant aux petites retraites, Manuel
Valls confirme qu'un geste sera fait en faveur des plus modestes. Il concernera
les retraites entre 800 et 900 euros a indiqué le ministre des Finances Michel
Sapin sur France Info.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Franceinfo
Franceinfo (Franceinfo)