Cet article date de plus d'un an.

Voiture électrique en location à 100 euros : du retard à l'allumage

L’eurodéputé Pascal Canfin alerte : il faut accélérer sur la voiture électrique en leasing à 100 euros par mois. Le décryptage de Fanny Guinochet.

Article rédigé par franceinfo
Radio France
Publié
Temps de lecture : 2 min
Une prise sur un véhicule électrique. (RICHARD VILLALON / MAXPPP)

Dans une interview au journal Les Echos, Pascal Canfin, pointe la mise en place de la voiture électrique en leasing à 100 euros, c’est-à-dire ce système de location longue durée promis par Emmanuel Macron pendant sa campagne. Il tarde trop, selon l’eurodéputé. L’objectif était de permettre à des ménages modestes d’avoir accès à un véhicule électrique sans avancer l’argent ou débourser une somme importante, car aujourd'hui, les voitures électriques restent encore beaucoup plus chères que les véhicules classiques. Les constructeurs français n'ont quasiment pas de modèles électriques à prix abordables. Avant de lancer son offre de leasing, le gouvernement veut être sûr qu’il y a une vraie filière tricolore capable de proposer des véhicules, sans quoi, ça revient à financer, à sponsoriser des voitures électriques étrangères, et notamment chinoises. Car les Chinois sont très compétitifs sur ce secteur. En fait, si le gouvernement lançait aujourd’hui son offre de leasing à 100 euros, il y aurait très peu de voitures françaises.

Les constructeurs réclament des aides

Les constructeurs tricolores ne vont pas assez vite et il y a plusieurs raisons : passer au tout électrique n’est pas assez rentable. Ces derniers temps, sous la pression de l’Allemagne, ils se sont aussi dits que l’Europe allait revenir sur le passage à des voitures neuves zéro émission en 2035. Finalement, non : cela a été acté cette semaine. Les constructeurs demandent des aides à l’État en faisant planer la menace de délocalisation, ou en tout cas, le risque d’installer leurs futures usines sur le continent américain pour pouvoir bénéficier des subventions américaines, comme vient de l’annoncer par exemple l’allemand Volkswagen. Joe Biden, le président américain, déploie actuellement des milliards de dollars pour attirer les investisseurs étrangers.

Le gouvernement français pourrait aider les constructeurs, dans la mesure où les règles européennes s’appliquant aux aides viennent de changer. Le gouvernement français veut aussi créer des emplois industriels, c’est en discussion. Pascal Canfin propose sinon d’assurer un minimum d’achats de voitures électriques. Autrement dit, l’État pourrait garantir un certain volume de commandes pour inciter les constructeurs à produire massivement des véhicules électriques.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.