Pourquoi la France cherche à nouer des partenariats économiques avec les Pays-Bas

Après sa visite en Chine, Emmanuel Macron est aux Pays-Bas mardi. Le but de ce voyage est autant diplomatique qu’économique avec la signature "d’un pacte pour l'innovation". De quoi s'agit-il ?
Article rédigé par Fanny Guinochet, France Info
Radio France
Publié
Temps de lecture : 2 min
Emmanuel Macron et son épouse Brigitte Macron sont accueillis par le roi Willem-Alexander des Pays-Bas et son épouse Máxima Zorreguieta Cerruti, à Amsterdam, le 11 avril 2023. (LUDOVIC MARIN / AFP)

Emmanuel Macron a prévu de signer mercredi 12 avril avec son homologue néerlandais "un pacte pour l'innovation". Il s'agit d'établir ou renforcer des coopérations entre Paris et La Haye dans des secteurs aussi stratégiques que l'industrie de défense, l’énergie, l’intelligence artificielle, ou encore la physique quantique, qui permet de multiplier la puissance de calcul des ordinateurs.

L'objectif de ce partenariat est de profiter de la proximité géographique des deux pays. Par exemple, STmicroelectronics qui fabrique des puces dans l’Hexagone, peut se rapprocher de l’entreprise néerlandaise ASML, qui produit des machines pour produire ces mêmes puces. Une technologie essentielle. Partout en Europe, les constructeurs de voitures en ont besoin.

Le modèle que veut dupliquer l’Élysée, c’est l’accord signé à l'automne 2022, entre les industriels de l’automobile de la région des Hauts de France et des entreprises néerlandaises du secteur. Distants de quelques centaines de kilomètres, une cinquantaine de sociétés et de centres de recherche ont fait le choix de réunir leurs compétences, pour monter plus rapidement leur filière dans les voitures électriques et créer notamment ensemble des "gigafactories" au cœur de l’Europe.

Créer des géants économiques européens    

Au vu du contexte géopolitique, l’Élysée estime qu’il y a urgence à avoir une économie sur le sol européen qui soit moins dépendante de la Chine, mais aussi des États-Unis. On a beaucoup parlé souveraineté économique au moment du Covid-19 pour la santé et certaines industries. L’idée est d’accélérer en matière d'industrie verte, investir dans la décarbonation de l’économie. 

>>Interdiction des voitures thermiques en 2035 : "On ne peut pas dire que la voiture électrique est idéale", tempère un économiste

Le souhait d’Emmanuel Macron est aussi de contrer le plan américain de Joe Biden. Le président français insiste : aucun pays européen n’arrivera à rivaliser s’il fait les choses seul, dans son coin. Mais le risque est toutefois que ça reste un vœu pieu face aux milliards d’euros déployés par les États-Unis pour attirer les usines et les industries sur le continent américain.

En attendant, nos relations avec l’Allemagne étant moins fluides ces derniers temps, ce n’est pas un hasard si la France cherche à se rapprocher des Pays-Bas, d’un point de vue commercial et technologique.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.