Législatives 2024 : Assurance-chômage, taux d'intérêts.. les conséquences de ce premier tour de scrutin

Les résultats du premier tour des élections législatives ont des répercussions immédiates. Le gouvernement a, par exemple, annoncé la suspension de sa réforme de l'assurance-chômage.
Article rédigé par Fanny Guinochet
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 3 min
Le logo de France travail lors d'une opération de job dating, le 20 juin 2024. (ROM?O BOETZL? / MAXPPP)

Le Rassemblement national est donc arrivé en tête dimanche 30 juin lors du premier tour des élections législatives avec 33,2% des voix. Il devance le Nouveau Front populaire avec 28,1%. L'actuel majorité ne termine qu'à la troisième place, avec seulement 21%. Ces résultats ont des conséquences économiques et sociales. Dès dimanche soir le gouvernement a annoncé suspendre sa réforme de l'assurance-chômage. 

C’est une vraie surprise, un retournement de situation, tant le gouvernement tenait à cette réforme qui promettait de durcir les droits des demandeurs d’emploi, des seniors. Il choisit de prendre un décret de jointure jusqu’au 31 juillet. Une mesure technique qui revient à suspendre la mise en œuvre de la réforme. Il se donne un mois pour statuer. C’est un signe que l'actuelle majorité lance  aux électeurs de gauche tant cette réforme était décriée par les syndicats, la gauche, mais aussi par une partie des macronistes. La réforme pourra faire l’objet d’aménagements, de discussions entre forces républicaines, explique Matignon. Il est possible d'y voir un geste évident pour faciliter les discussions et les reports de voix pour le second tour face au Rassemblement national.

L’écart des taux d'intérêt entre la France et l’Allemagne se creuse

À l’issue de ce premier tour, les milieux économiques vont aussi scruter la réaction des marchés.  L’alerte était déjà donnée vendredi. L’écart des taux d'intérêt entre la France et l’Allemagne, que l’on appelle le spread, s’est encore creusé pour atteindre son niveau le plus élevé depuis 2012! Ce taux est stratégique puisqu’il montre la confiance que les investisseurs, notamment étrangers, ont en nous, pour nous prêter de l'argent. Cet argent, la France en a besoin pour payer les pensions de retraite, les fonctionnaires, les services publics, sachant que notre dette atteint 120 % du PIB, le Produit intérieur brut. 

L’incertitude qui plane encore lundi, puisqu‘il y a de nombreuses triangulaires, risque de faire encore monter les taux. Les marchés aiment avant tout prévoir. Avant même la dissolution, les agences de notation, craignaient le risque de troubles, de manifestations, d’instabilité politique et de tensions sociales en France.

Le Rassemblement national, arrivé en tête, ne rassure pas les milieux économiques. Même si le RN a beaucoup édulcoré son programme économique pour les rassurer, l’exemple le plus marquant est la réforme des retraites. Le RN renvoie à un audit des comptes publics, pour dire précisément à quel âge ceux qui n’ont pas commencé à travailler tôt, partiront.  62ans , 64, 66 ou 67 ans rien n'est encore arrêté. Ce flou ne rassure pas les investisseurs, pas plus que ses propositions sur la baisse de la TVA car elles coutent très cher. Ce n’est guère mieux du côté du nouveau Front populaire. Pour les marchés et investisseurs, la crainte c’est que la France, qui vit déjà à crédit, dépense tellement, qu’elle n’ait pas les moyens de rembourser. Au sein des milieux économiques, les patrons par exemple, semblent moins inquiets par le programme du RN que par celui du Nouveau Front populaire, qui promet des taxes et des impôts.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.